Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

Matt
Wilson

Plus d'infos
Deep South #1, 2016

Deep South #1, 2016

Deep South #1, 2016Tenesse, série Deep South, 2016Deep South #6, 2016Untitled Colorado #2, série Stateside, 2015-2016 Untitled Lithuania #1, 2014Untitled Lithuania #2, 2014No hablar con turistas #1, 2013No hablar con turistas #14, 2013Untitled Texas #1, série Stateside, 2011Untitled Picacho #1, série Stateside, 2011Untitled Picacho #8, série Stateside, 2011Untitled Utah, série Stateside, 2011Untitled Picacho #10, série Stateside, 2011Nightwalk, Havana, série Por Vida, 2006Hermanas, série Por Vida, 2006Seconds out 3#, 2006Sans titre, série Seconds out, 2006Homecoming #4, 2004Eddie and Wills, 2003The Farm, 2002

Matt Wilson

Né en 1969 à Tonbridge, Kent, Royaume-Uni

Vit et travaille à New York, USA

Né en 1986, Edouard Wolton est un artiste français qui vit et travaille à Paris. En 2017, le Musée de minéralogie de l’Ecole des Mines à Paris lui consacre une exposition personnelle intitulée ‘Cosmos’. En 2015, il présente ‘Agartha / Photométéores’ à la galerie Les filles du calvaire. Il a également pris part à plusieurs expositions collectives, notamment au Consulat, à la galerie RueVisconti et à la Maison Rouge à Paris ; au Danske Grafikeres museum au Danemark et à ‘Sèvres OutDoors’ en 2016.

Portée par une énergie semblant inépuisable, la pratique d’Edouard Wolton est à la fois dense et prolifique. Si la peinture est son medium de prédilection, la volonté de produire des images l’incite à démultiplier formats et supports : techniques d’impressions (sérigraphie ou gravure) et compositions à partir de documents existants (collages, dispositif d’exposition de documents sous vitrines) interviennent dans son travail comme des moyens parallèles d’embrasser l’ensemble des éléments qu’il fait converger dans son œuvre. La rapidité et les possibilités de sérialité propres aux  impressions sont ici complémentaires du temps plus long imposé par la peinture à l’huile.

Edouard Wolton a pour préoccupation principale le rapport qu’entretient l’homme avec la nature. Depuis plusieurs années, sa pratique suit une trajectoire qui vise à rendre compte des différents éléments qui sous-tendent cette interaction et des productions qui en sont issues. A l’origine de cette impulsion réside l’ambivalence de sa propre expérience dans le réel : face à l’hostilité d’une nature sauvage, sa fascination se teinte d’un mélange étroit entre crainte et admiration. Une certaine mise à distance semble ainsi nécessaire pour assurer sa protection, apaiser le vertige, tout en maintenant le fil tendu. – Noémie Monier