Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

Paz
Corona

Plus d'infos

Paz Corona, Fissa 1, 2017, 130 x 195 cm

CV

Paz Corona

Born in 1968 in Chili
Lives and works in Paris

Artiste mais également psychanalyste, elle est membre de l’Ecole freudienne et enseigne au Collège freudien de Paris. En 2015, elle a présenté ‘Face à Face’ à l’Alliance Française de Delhi et au Harrington Street Arts Centre de Calcutta (Inde). Elle a participé à l’exposition collective ‘Le temps de l’audace et de l’engagement’ à l’IAC de Villeurbanne (France) et à ‘Sèvres Outdoors’ au Jardin de la manufacture de Sèvres (France) en 2016.

Paz Corona, artiste française d’origine chilienne, peint à l’huile sur une toile brute qu’elle recouvre de figures sur des fonds inachevés. Elle peint à grands traits, parfois violents et dans certains portraits ou corps monumentaux au-delà de la peinture apparaît l’objet visé (regard, voix, le rien). Le langage n’est ni expressionniste ni strictement figuratif, sa peinture est une matière mate, opaque, travaillée presque sans médium, parfois retirée comme pour une sculpture.

Paz Corona

Paz Corona

Catherine Bédard, Bernard Marcadé, Gérard Wajcman

2017

ISBN : 978-2841053674

Dès les débuts de sa pratique artistique, Paz Corona s’attaque d’emblée au motif primordial de la femme, chaque tableau étant l’échos de ses émotions brutes. Jamais sexuels, ils s’organisent selon des paramètres rigoureux d’expression dont la finalité est de susciter le désir, offrant au spectateur la possibilité d’une identification.

Née en 1968 au Chili, Paz Corona est artiste et psychanalyste, elle vit et travaille à Paris. Dès les débuts de sa pratique artistique, Paz Corona s’attaque d’emblée au motif primordial de la femme, chaque tableau étant l’échos de ses émotions brutes. Jamais sexuels, ils s’organisent selon des paramètres rigoureux d’expression dont la finalité est de susciter le désir, offrant au spectateur la possibilité d’une identification. Les portraits rappellent le premier métier de l’artiste, la psychanalyse, à travers laquelle elle tente de s’approcher de l’expression la plus réelle, la plus humaine du portraituré, d’en saisir toutes les pulsations, se référant au sentiment ressenti lors de la première rencontre. Des modèles, êtres de chair et de sang, il faut capter  » l’émanation « . Comment peindre les tumultes de l’âme, ses bruits, leur donner des couleurs ? Telle est à l’évidence ce à quoi s’attache Paz Corona face à son modèle, rendre visible son humanité intrinsèque en subordonnant les moyens de la peinture à cette tâche. La vérité rien que la vérité.

Les Editions du Regard

  • Más sol que sombra

    Paris Art, mai 2017

    Télécharger
  • L'apprendre de la peinture, par Yasmine Grasser à propos de Paz Corona

    L'école de la cause freudienne, september 2017

    Télécharger
  • Paz Corona - Galerie Les filles du calvaire

    Slash, mars 2015

    Télécharger