Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

En cours Passées À venir

Marina Abramovic, Insomnia, 1997, Courtesy Galerie Cent-8

IN / EX-HIBITION

Marina Abramovíc, Bertran Berrenger, Véronique Boudier, Serge Comte, Béatrice Cussol, Olivier Dollinger, Yan Duyvendak, Eric Duyckaerts, Dora Garcia, Liliana Moro, François Nouguiès, Catherine Poncin, Paul Pouvreau, David Renaud, Bojan Sarcevic, Frieda Schuman, Nathalie Talec, Franck & OlivierTurpin, Brigitte Zieger

Exposition du 15 au 26 janvier 2002

Le point de départ de ce projet est né d’une observation simple, sommaire même, d’une certaine production artistique actuelle, plus particulièrement dans le champ des arts visuels, (mais également dans le champ chorégraphique), mettant en scène, donnant en spectacle, le territoire de l’intimité*.

L’intime (déjà fort bien commenté) est exposé, projeté, exhibé. Les postures artistiques observées révèlent une nécessité de se montrer, de vivre, de faire, des expériences. C’est le corps de l’artiste lui-même qui « performe » cette effraction dans la réalité. Peut-être en réaction au virtuel. Ce corps réinvesti l’espace, l’objet, le mouvement, étendu aux gestes.

L’attitude des artistes présentés dans IN/EX-HIBITION est caractéristique d’une génération consciente de sa situation dans le temps historique. Elle n’éprouve pas le besoin de rejouer les étapes héroïques des années 60-70. Elle en prend la suite. Néanmoins, il y a davantage d’ambiguïté dans leur attitude : là où les générations précédentes restaient volontairement dans la marge de la société du spectacle, celle-ci y participe tout en proposant des œuvres qui la critiquent et toujours lui échappent.

IN/EX-HIBITION se déploie dans les deux espaces superposés de la Galerie des Filles du Calvaire. Au rez-de-chaussée, l’écran est considéré comme espace unique d’exposition.

Un programme spécifique de vidéos se succèdent sur une même surface de projection.

A l’étage, de manière plus conventionnelle, les œuvres vidéos seront présentées sur des moniteurs. Elles seront confrontées à des images fixes dessins, photographies et à des objets-sculptures afin d’exposer le plus largement possible les territoires de l’intime.

Télécharger le dossier de presse