Newsletter Sign up

Galerie Les filles du Calvaire

Current Past Upcoming

Intentions Fragiles, vue exposition RDC, P. Pouvreau - V. Mauger

Intentions fragiles

Private: Ismaïl Bahri, James Hyde, Taysir Batniji, Walead Beshty, Julie Chaumette, François Daireaux, Isabelle Ferreira, Bernhard Kahrmann, Jérémy Laffon, Jim Lee, Colombe Marcasiano, Vincent Mauger, Joris Van de Moortel, Paul Pouvreau

Exhibition from june 30th to july 23th 2011

L’exposition interroge la notion de fragilité reliée à des problématiques de volume et d’espace en réunissant des travaux de natures différentes : photographies, sculptures, installations, dessins et vidéos. Cette proposition associe des artistes d’horizons géographiques divers, récemment découverts, à d’autres plus reconnus. Et si la variété des langages peut interpeller, il s’agit de faire dialoguer autour d’un thème des pratiques polysémiques, d’en faire surgir les liens intuitifs et les affinités visuelles inattendues que la scénographie s’autorise à mettre en évidence.

Dans cette exposition, la fragilité apparaît souvent dans une mise en tension des matériaux et à travers une recherche d’équilibre précaire. Certains artistes vont jusqu’à malmener la matière et la poussent à la limite de la rupture ou de la disparition. Dans certains cas, se pose l’hypothèse de la destruction même de l’œuvre.

Refusant toute classification définitive, les œuvres rassemblées ici puisent leur force à l’opposé du spectaculaire. Parfois bancales, minces dans leur mise en jeu, elles sont toutefois présentes dans leurs formes. Peu bavardes, elles sont loin d’être affables et questionnent les langages esthétiques dont elles usent. Au fil de l’exposition, plusieurs notions surgissent et s’entrecroisent : l’auto-destruction, l’œuvre comme fragment de l’atelier, l’œuvre soumise à des variations formelles ou temporelles. Ces œuvres pourraient de la sorte être qualifiées d’ouvertes, au même titre que la porte à double dormant installée par Marcel Duchamp dans son atelier. Grâce à un système D bricolé par l’artiste, celle-ci n’était ni exclusivement ouverte ni exclusivement fermée mais à la fois l’un et l’autre et faisait ainsi coexister les contraires. Ici les artistes ont adopté une posture distanciée face au réel. Ils jouent des codes esthétiques et des procédés pour produire une réalité ambiguë, dont la rémanence la plus tangible est ce sentiment de fragilité.

Download press kit