Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

En cours Passées À venir
Sans titre, Série Rue de Paris, 2004

Sans titre, Série Rue de Paris, 2004

Thibaut Cuisset

La rue de Paris

Thibaut Cuisset

Exposition du 08 décembre 2005 au 21 janvier 2006

A propos de la rue de PARIS, Entretien avec Thibaut Cuisset

Depuis une vingtaine d’années, tu travailles surtout sur la notion de paysage à travers une recherche de lumières/couleurs égales et d’une atmosphère, si ce n’est de recueillement, du moins de sérénité. Par ailleurs, ces séries sont réalisées le plus souvent à l’étranger, dans le temps limité d’un voyage ou d’une résidence. De ces divers points de vue, La Rue de Paris détonne. Comment ce travail s’est-il inscrit dans ce que tu avais fait précédemment ? A-t-il changé quelque chose pour toi ?

Jusqu’à présent, mon travail était effectivement lié au paysage et à la représentation du territoire, à l’occasion d’un voyage, ou plus exactement d’un déplacement. Car il ne s’agit pas pour moi de voyages au sens romantique, de parcours autobiographiques, ou d’état d’âme, mais d’une méthode qui me permet de travailler sur ce qu’on peut appeler des motifs. Si j’ai beaucoup photographié dans les pays du bassin méditerranéen (Espagne, Italie, Grèce, Maroc), c’est d’abord parce que j’étais attiré par leurs lumières. M’intéressaient également des paysages un peu périphériques, assez peu regardés au milieu des années 1980 quand j’ai commencé à photographier ; des espaces assez désolés dans lesquels demeuraient des traces considérées comme mineures de l’activité humaine. Sur d’autres continents, en Australie, c’est le lien entre le “ désert ” et le bâti que j’ai exploré. Au japon c’est à un espace méconnu que je me suis confronté: la campagne et l’urbanisation diffuse dans le paysage. Mon souci était aussi d’éliminer certaines informations pour permettre à d’autres, peut-être plus ténues, d’exister. Je cherchais À construire des espèces d’épures. En fait, il y avait une adéquation entre le déplacement et une manière de regarder. J’avais besoin de ces parenthèses de temps pour trouver une concentration, un étonnement devant les choses de l’existence.

Télécharger le dossier de presse
Sans titre, Série Rue de Paris, 2004Sans titre, Série Rue de Paris, 2004Sans titre, Série Rue de Paris, 2004