Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

En cours Passées À venir
Sans titre, 009, série Syrie, 2008

Sans titre, 009, série Syrie, 2008

Thibaut Cuisset

Syrie, une terre de pierre

Thibaut Cuisset

Du 12 octobre au 06 novembre 2010

La chambre photographique de Thibaut Cuisset a sillonné le pays de Cham . Son œil aussi, mais l’œil et la machine ont des ressorts et des empreintes variables, en vertu des lois et des règles de chacun. Le transport du corps et de ses organes s’opère dans un mouvement sans commune mesure avec la respiration profonde d’un engin dont l’installation réclame patience et inertie, insouciant de l’instantanéité tourmentée de notre époque. La prise de vue génère des segments de temps et d’espace aussi longs que lents, où la couleur dessine ses propres courbes de niveaux dans un paysage plus ou moins invisible à notre œil raccourci. Ce type de capture est devenu la marque de fabrique de Thibaut Cuisset. La valeur de la lumière, l’épaisseur de l’atmosphère, la coupe de l’espace, la profondeur d’un moment : ce qu’il faut pour mesurer la taille d’une pensée dans un endroit donné. En fait, le temps et l’espace sont des critères relatifs, quand l’état est une valeur absolue.

S’il existe un lieu où l’état réside dans la couleur, c’est bien au Machreq et dans les pays du Golfe. Un ami syrien vous saluera familièrement par شلونَك, « chlonak » (au masculin), expression résultant de la contraction de « chou » شو (quoi) et « ionak » لونك (ta couleur), et qui signifie « quelle est ta couleur aujourd’hui ? ». Littéralement en référence à la teinte flétrie d’une peau malade, « chlonak » intéresse au figuré les couleurs de l’âme, et votre réponse exprimera celle de votre humeur, de votre état présent. La nature comme la culture ne donnent pas une réponse différente en Syrie, dans une polymorphie surprenante pour le visiteur ignorant.

Terre, vert, mer, steppe, montagne, plaine, ravin, fleuve, tout est Verbe en ce pays, et partout affleure une nature mâtinée de culture – opaque, il faut bien dire, à celui qui n’en relève pas – et qui parle à Dieu. Maisons et plantations n’existeraient pas sans Sa volonté car rien ne saurait surgir de terre sans cette bénédiction accompagnatrice. Cette caution possiblement divine rend tout son effet dans les paysages lunaires où les lotissements ne semblent prendre ni eau ni racine ; ils poussent par la cime et se diffusent au sol comme une atmosphère solide. Sur ces sols sont passés des siècles de maçonneries et d’êtres vivants, le tout dans un incessant transport jusqu’aux quadrilatères de béton armés d’aujourd’hui, hérités de l’architecture de synthèse du Golfe, qui viennent heurter sur les côtes syriennes les constructions balnéaires tournées vers la Méditerranée. Un paysage couleur pierre émaillé de dissidences colorées, un paysage en tout cas mal imaginé par l’Occident.

Télécharger le dossier de presse
Sans titre, 009, série Syrie, 2008Sans titre, 010, série Syrie, 2008Sans titre 001, série Syrie, 2008Sans titre, série Syrie, 2008Sans titre, série Syrie, 2008