Hidden River

Images : John Davies

Texte : Armelle Canitrot

ISBN : 978-2-919507-14-6

« La Tiretaine n’est pas la première rivière que le photographe anglais John Davies choisit comme fil conducteur pour aborder et comprendre un pays(age). Ses images de la Mersey, du Po, du Nervión, de la Loire, la Taff, l’Arno, la Seine ou la Durance ont déjà su saisir ce que ces cours d’eau racontent des tensions —entre beauté et nécessité, passé et présent, public et privé, économie et écologie, nature et urbanisme...—, tricotées dans un paysage au gré de choix politiques successifs. Gambadant parfois à ciel ouvert, mais le plus souvent recouverte, cimentée, canalisée, soupçonnée de pollution et privée de liberté, la Tiretaine n’échappe pas aux différentes problématiques déjà soulevées par les précédents travaux du « géographe-photographe ». Quoique de taille tout à fait modeste, la Tiretaine est cependant le cours d’eau qui plaça John Davies dans l’une des situations les plus paradoxales qu’il soit pour un photographe : saisir l’image d’une rivière jouant à cache-cache sur plus de la moitié de son parcours. Autant dire montrer l’invisible. Ses facéties ne sont pas venues à bout des talents d’observation de cet enquêteur minutieux qui prend très vite le parti d’un salutaire partage des eaux, la saisissant en couleur lorsqu’elle s’ébat à l’air libre, en noir et blanc lorsqu’elle se glisse sous terre. »

Editeur : Editions Loco
Shadow

Auteurs : John Davies & Jean Attali

John Davies, célèbre paysagiste anglais, a posé sa chambre photographique dans le Nord de la France, aux abords de Béthunes. Paysages du bassin minier, les terrils ont modifié la structure même du territoire et donne l’occasion au photographe de créer quelques variations autour de cette particularité

géographique. À son habitude, Davies restitue en un plan large ce qui structure ces paysages porteurs d’une industrie passée. Ce regard porté sur le monde de la mine n’est pas nouveau chez le photographe. En effet, dans les années 1980, John Davies avait photographié, notamment au pays de Galles, les paysages miniers anglais, série qui avait contribué à faire reconnaître tout son talent.

Ainsi, la construction du livre revisite l’histoire du photographe, en confrontant près de trente années entre le travail réalisé en Grande-Bretagne et celui effectué tout récemment en France. Confronte également deux régions de deux pays que l’exploitation de la mine a modifié fondamentalement et dont, bien évidemment, le lecteur saura retrouver de nombreux points communs.

Editeur : Editions Loco