Depuis les toits, l’architecture - l’espace humain par excellence - offre des points de vue exceptionnels sur ce qui l’entoure au sol, mais aussi sur l’espace non-construit, inquantifiable et fluide du ciel. Le ciel a une part importante dans l’histoire de mon travail. Les constellations, l’organisation symbolique des inquiétants espaces intersidéraux, sont des sujets de rêveries qui nourrissent mes photographies et mes dessins depuis longtemps. Avec les repérages, la topographie des lieux et leur histoire m’amènent vers des visions qui se fixent peu à peu en scènes. Des personnages dansants et des objets prennent place. Je les dessine dans un carnet de travail. A ce stade, je me fais accompagner par des œuvres qui comptent pour moi. En écoutant ce que Deauville me disait, sont passés devant mes yeux Dürer, Kubrick, Spilliaert et Poe. Mélancolie et mystère. Puis commence la fabrication des objets, qui tiennent un rôle central dans la prise de vue : qu’ils soient lancés ou fassent partie des attributs d’un personnage, ils entrent en relation avec le corps, le décor, la lumière, le temps. La photographie perpétuera leur passage à grande vitesse. Arrive le temps de la prise de vue, la lumière, le vent. C’est le hasard qui prend alors la main sur la feuille de route aux scènes numérotées. C’est lui qui a le dernier mot, car il a le pouvoir de déposer sur le capteur la trace d’une symétrie, d’une étrangeté qu’il aurait été vain de désirer. Toute cette organisation pour circonscrire le terrain des jeux du hasard. Pour lui faire place, le laisser façonner des formes inattendues du réel. Un long travail m’attend. Solitaire, enfermée avec les pixels/étoiles de mes fichiers bruts, j’entre dans la vraie nuit des images.

Corinne Mercadier

Corinne Mercadier est née en 1955 ; elle vit et travaille à Paris. En 2017, elle présente Lontano à l’Abbaye de Jumièges, Une borne à l'infini au Collégiale Saint-Pierre la Cour du Mans et Une fois et pas plus à la cité de l’image de Clervaux (Luxembourg). Elle participe également à de nombreuses expositions collectives, dont récemment Château Kairos au Château de Gaasbeek (Belgique) en 2017, La Tisserande des nuits à l’École nationale supérieure d’art de Bourges, Stories of places and spaces, bodies and ties à la Arendt House de Luxembourg ou encore Conversations d'Olympus aux Rencontres photographiques d’Arles en 2016.