Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

En cours Passées À venir

KAREN KNORR | TRANSMIGRATIONS

Agusta Edwards - Fine Art

Karen Knorr

Du 20 au 31 Octobre 2021

L’exposition solo de Karen Knorr se concentre sur les œuvres des deux séries les plus récentes de l’artiste, India Song (2008-2020) et Monogatari (2012-2017).

Transmigrations fait référence à la fois au déplacement et à la réincarnation, ainsi qu’à la migration des âmes vers une vie après la mort. À l’heure du changement climatique et des grandes migrations à venir, où résidera notre faune ? La situation conduira-t-elle à une redéfinition de l’espace vital en faveur du monde naturel et des tribus déplacées ?

Dans les photographies de Knorr, les animaux apparaissent comme les signifiants d’une altérité radicale, représentant les personnes vulnérables, déplacées et rejetées. Dans deux séries (India Song, Metamorphoses), qui se déroulent dans des intérieurs indiens et européens, les animaux sont les principaux acteurs d’un conflit perpétuel entre nature et culture. Quant aux humains, ils sont à la fois les auteurs et les victimes des horreurs à venir du réchauffement climatique.

KENNY DUNKAN | NO APOLOGIES

Studio des Acacias - Reiffers Art Initiatives Paris

Kenny Dunkan

Du 22 octobre au 20 novembre 2021

« NO APOLOGIES » approfondit les réflexions de l’artiste sur son héritage caribéen. Chaque installation y forme un micro-climat puisant dans la richesse culturelle guadeloupéenne : de la puissance esthétique et symbolique du carnaval aux mythologies et croyances magiques et religieuses.

Une manière également pour Kenny Dunkan de discuter l’héritage post-colonial de son île. Le corps, thématique récurrente de l’artiste qui n’hésite pas à mettre en scène son propre corps, est également au cœur des dispositifs : un corps fragmenté, multiple et en devenir.

Le titre « NO APOLOGIES » (“pas d’excuses”) fait référence pour Kenny Dunkan à toutes les violences actuelles faites aux corps, qu’ils soient noirs, gays… et au refus de les excuser. “Je me suis trop souvent excusé moi-même d’être qui je suis, explique l’artiste. En raison de ma couleur de peau, de ma sexualité… Aujourd’hui, je ne veux plus m’excuser d’être la personne que je suis.” – Kenny Dunkan.