Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

En cours Passées À venir

Once only, Only once

Obai-in temple, Daitoku-ji, Kyoto, Japan

Karen Knorr

Du 11 avril au 15 mai 2018

Cette œuvre s’intègre à Monogatari, une série qui découle des réflexions suscitées par le voyage de l’artiste à travers le Japon en 2012. Elle s’est notamment interrogée sur le patrimoine culturel du Japon ainsi que le concept esthétique wabi-sabi, qui souligne à la fois la simplicité et l’imperfection. Ses travaux associent la photographie à des paravents de style byobu. Les thèmes imprimés sur les panneaux de papier de riz comprennent des sujets animaliers, des éléments de l’héritage culturel japonais, et des représentations de mythes, en particulier les animaux apparaissant dans les temples et sanctuaires de Tokyo, Nara et Kyoto, ainsi que ceux du Dit du Genji. Karen Knorr introduit également des animaux incarnant les fantômes et monstres surnaturels qui peuplent le folklore local. Parmi les sujets récurrents figurent aussi des femmes en kimono, qui symbolisent l’omniprésence de la tradition.

Another Way of Telling : New stories from India to Japan

Zuiun-an, Kyoto, Japan

Karen Knorr, Shiho Kito

Du 11 avril au 6 mai 2018

Karen Knorr montrera sa série Monotagari à côté de la photographe japonaise Shiho Kito qui montre ses photos prises en Inde. Dans le cadre du festival Kyotographie.

Eyes Wild Open

Le Botanique, Bruxelles

Yusuf Sevinçli

Du 21 février au 23 avril 2018

For the first time in the world, this exhibition will make 70 years of photography converse in a unique scenography, mixing rare vintages, new works, projections, texts and rare books of almost 30 photographers from 17 nationalities in the prestigious art center of the Museum of Botanique.

Lire plus…

People in Focus – works from the collection of the Heino Art Foundation

Kuntsi Museum of Modern Art, Vaasa, Finlande

Anni Leppälä

Du 3 février au 22 avril 2018

Le Kuntsi Museum of Modern Art présentera plus de 70 travaux de 45 artistes finlandais proéminents qui font partie de la collection de la Heino Art Foundation. L e thème au centre de cette exposition est l’effet émotionnel immédiat de l’art.

Revolt & Revolutions

Yorkshire Sculpture Park, West Bretton, UK

Karen Knorr

Du 06 janvier au 15 avril 2018

Le Yorkshire Sculture Park a sélectionné « Punks » de Karen Knorr, réalisé en collaboration avec Olivier Richon, pour intégrer cette exposition qui vise à jeter un regard sur les mouvements de contre-culture et contre-pouvoir de dernières décennies. La créativité a longtemps été associée à des idées d’avant-garde: l’art et la musique peuvent donner une voix aux minorités, donner du pouvoir aux personnes vulnérables et célébrer la capacité humaine d’agir positivement, même dans l’adversité.

Lire plus…

In Your Dreams

Sydney Festival 2018

Samuel Gratacap

Du 06 janvier au 07 avril 2018

The divide between rich and poor is widening, conflict and climate change are forcing people from their homelands, displacement and homelessness are on the rise. Despite social and technological advances, for many people in the world access to a good quality of life is proving more and more difficult. In this exhibition, 14 international artists explore the impact of inequality on individuals and communities from diverse corners of the globe.

Participating artists : Jessie Boylan, Alejandro Cartagena, Samuel Gratacap, Tanya Habjouqa, Taloi Havini, Samsul Alam Helal, Maria Kourkouta, Johnny Miller, George Osodi, Raphaela Rosella, Andres Serrano, Sim Chi Yin, Zhao Liang and Mary Zournazi

Curators : Felicity Fenner and Cherie McNair

Lire plus…

BIP – Biennale de l’Image Possible

La Boverie, Liège

SMITH

Du 17 février au 01 avril 2018

Smith fera partie de cet événement qui présente en combinaison des photographies, vidéos et installations d’art visuel. A travers sa sélection artistique, BIP interroge les images contemporaines et les relations que nous entretenons avec elles.

Certains artistes d’aujourd’hui revendiquent les catastrophes passées et à venir comme un terreau euphorique et débordant pour le futur. Ils détruisent et construisent dans le même mouvement.

Lire plus…

Illuminating India

Science Museum, Londres

Mitch Epstein

Du 04 octobre 2017 au 31 mars 2018

Avec :  Samuel Bourne, Henri Cartier-Bresson, Mitch Epstein, Maharaja Sawai Ram Singh II, Vasantha Yogananthan (…)

 

Illuminating India célèbre la contribution de l’Inde aux sciences, aux technologies et aux mathématiques. Pour cette édition qui commémore les 70 ans de l’indépendance, Epstein présente sa série réalisée entre 1978 et 1988.

Lire plus…

Oculus

Le Botanique, Bruxelles

Yusuf Sevinçli

Du 21 février au 20 mars 2018

Avec un parcours remarqué par la critique internationale et plusieurs ouvrages à son actif, dont Good Dog et Walking, Yusuf Sevinçli est indéniablement un des jeunes photographes à suivre actuellement. Son univers particulièrement sensible, envoûte par ses contrastes et ses noirs profonds. L’artiste nous entraîne dans ses flâneries de jour comme de nuit. On y découvre des paysages désarmants de solitude, d’inquiétantes silhouettes, de sensuels moments d’intimité volés. Comme dans un rêve, on se laisse gagner tour à tour par un état d’ivresse, de méditation et même parfois d’une pointe d’angoisse.

Avec l’objectif pourtant braqué sur l’extérieur, c’est un monde tout intérieur que l’artiste nous livre. Comme si tout ce qu’il capturait du monde environnant, ne se donnait à voir que pour traduire des images enfouies dans les méandres de ses propres rêveries et tourments. On devine dans ses cadrages dynamiques, le geste fébrile, l’énergie de l’urgence, mais surtout le regard indompté du photographe, capable de saisir dans le réel, une poésie de chaque instant.

Lire plus…

Comme une histoire… Le Havre

MuMa, Le Havre

Corinne Mercadier,

Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

Corinne Mercadier fait partie de cet événement qui réunit une sélection de photographies, vidéos et dessins mettant en scène la ville du Havre.

Avec des peintures et des dessins d’Yves Bélorgey, des photographies de Gabriele Basilico, Rut Blees Luxemburg, Charles Decorps, Véronique Ellena, Lucien Hervé, Matthias Koch, Manuela Marques, Sabine Meier, Corinne Mercadier, Olivier Mériel, Bernard Plossu, Anne-Lise Seusse et Xavier Zimmermann et des vidéos de Rebecca Digne, Christophe Guérin et Dana Levy.

Lire plus…

139 X Nothing but good

Park, Platform for Visual Arts, Nederlands

Katinka Lampe

Du 28 janvier au 11 mars 2018

139 artistes des Pays-Bas et de l’étranger participent à cette exposition. Ils montrent un travail sur papier de format A4, souvent spécialement conçu pour l’exposition.
L’exposition est basée sur le blog Nothing But Good, initié par René Korten, Reinoud van Vught et Michael de Kok. Les artistes invités du monde entier se connectent avec un artiste décédé qui a eu une influence importante sur leur pratique en tant qu’artiste. On ne doit dire que du bien sur les morts.

Lire plus…

Vigilance, Struggle, Pride

Umetnostna galerija Maribor, Slovénie

Laia Abril

Du 19 janvier au 11 mars 2018

Artists: Ahlam Shibli, Amak Mahmoodian, April Gertler, Hannah Starkey, Laia Abril, Lua Ribeira, Nina Berman, Nina Mangalanayagam, Nydia Blas, Sandra Vitaljić, Tasneem Alsultan, Tomoko Sawada, Zanele Muholi
Curator: Marina Paulenka
Design: Nina Bačun & Roberta Bratović, OAZA

The exhibition Vigilance, Struggle, Pride: Through Her Eyes brings together thirteen women artists who present stories from their surroundings, inspired by the desire to pave the way for new possibilities of understanding and insights. Their experiences and research pose questions that enable different intellectual and emotional responses to the existing challenges and issues of today’s society. We are faced with a turbulent socio-political situation in which women must fight anew for the rights that had been won long ago, and women’s issues are as current as ever.

Different in approach, these works reflect the representation of a different cultural expression, tackling issues such as the construction of identity, family and home, sexuality and gender-sex roles, representation of women, politics of the female gaze and self-perception, labor and social rights as well as victimization of women and children, accepting the inability to fully understand and engage with a given situation, but also inspiring change and creating alternative spaces that welcome equal opportunities, narratives and outcomes.

The exhibition will be presented in Maribor, Graz, Berlin, Zagreb and Bratislava in 2018.

Lire plus…

Sisters of Persephone

Leica Gallery Istanbul, Turquie

Anni Leppälä

Du 16 décembre 2017 au 03 mars 2018

Sisters of Persephone présentera les photographies de Anni Leppälä à côté de celles du photographe turque Nazif Topçuoğlu à la Leica Gallery Istanbul. L’exposition se concentre sur des histoires au-delà de la représentation des femmes dans la vie réele. Le nom, rétiré du poème de Sylvia Plath, fait référence au personnage mythologique Zeus et sa fille, Perséphone, pour parler de ce qui réside entre le superficiel et le souterrain, le réel et l’imaginaire.

Abstraction

Jean-Paul Najar Foundation, Dubai

Olivier Mosset

Du 07 novembre 2017 au 28 février 2018

La première exposition d’Olivier Mosset au Moyen Orient est en cours à la Jean-Paul Najar Foundation à Dubai. En partenariat avec la galerie Les filles du calvaire.

Lire plus…

Lobismuller

Museo Municipal de Ourense, Ourense, Espagne

Laia Abril

Du 14 décembre 2017 au 11 février 2018

« Was the Werewolf of Allariz a woman? » Known as Manuel Blanco Romasanta, named at born Manuela as it was initially thought that her was a female; according to new forensic theories could have lived with a rare syndrome of intersexuality.

Lobismuller reconstructs from a female perspective the story of the most enigmatic and bloodthirsty serial killer of the Spanish history. Earned the tittle the Tallow Man – due the habit of converting its victims’ fat to into high quality soap; during its 1853’s trial, he was accused of 9 of the 12 murders he admitted (from the trust around 17 attributions), claiming no guilty as he was suffering from a curse that turned it to a wolf.

Paysages Français: Une Aventure Photographique (1984 – 2017)

BNF François Mitterrand

Catherine Poncin, Gilbert Fastenaekens, Laura Henno, Thibaut Cuisset

Du 24 octobre 2017 au 04 février 2018

À partir des années 1980, alors que la France change de physionomie, que le pays devient « territoire », le regard des photographes sur le paysage français est convoqué, à l’initiative de quelques grands commanditaires, pour rendre compte de ces métamorphoses. Le goût pour le pittoresque s’efface au profit d’une esthétique sensible à d’autres thèmes : transfiguration du banal, nature modifiée par l’homme… Les écritures photographiques parlent du patrimoine comme du quotidien et surtout s’invitent dans le débat pour proposer des manières nouvelles d’habiter poétiquement le monde. Lire plus….

La respiration des yeux dans le cadre

Le Concertgebouw, Bruges

SMITH

Du 06 décembre 2017 au 28 janvier 2018

Le commissaire Christian Rizzo compose un parcours d’exposition en prenant pour fil conducteur le corps en mouvement ou en transformation. Avec Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, il sélectionne des installations film et vidéo. Il se concentre ensuite sur l’œuvre du photographe et réalisateur SMITH (Dorothée Smith), convoquant des métamorphoses poétiques liées au genre. Il présente enfin une sélection de sa propre œuvre plastique, en collaboration avec l’artiste taïwanais Iuan Hau Chiang.

A Green and Pleasant Land

Towner Art Gallery, Eastbourne, Angleterre

Karen Knorr

Du 30 septembre 2017 au 21 janvier 2018

Avec : Keith Arnatt, Gerry Badger, Craig Barker, John Blakemore, Henry Bond, Paul Caponigro, John Davies, Susan Derges, Liam Gillick, Thomas Joshua Cooper, Karen Knorr (…)

 

A Green and Pleasant Land comprend les photographies, films, peintures et sculptures de plus de 50 artistes, qui illustrent les rapports au paysage entretenus par les artistes depuis les années 1970.

Into the Woods – Trees in Photography

Victoria and Albert Museum, Londres

John Davies

Du 30 septembre 2017 au 21 janvier 2018

John Davies fait partie de cette exposition collective qui explore les diverses représentations des arbres dans la photographie, en tant que sujets botaniques bien comme des symboles poétiques.

Amorce d’un récit

La rue des Arts, Toulon

Benjamin Mouly

Du 14 septembre 2017 au 17 janvier 2018

Avec : Mathilde Geldhof et Benjamin Mouly

Pour accompagner le programme de renouvellement urbain du centre historique de Toulon, un cycle d’expositions permet à la photographie de s’exprimer dans la rue en grand format. Les photographies sont présentées en extérieur, sur de grands panneaux design spécialement conçus pour s’intégrer aux façades et jalonner le parcours de la Rue des Arts, aux yeux de tous de jour comme de nuit grâce à un éclairage spécifiquement adapté.

Scenes

Le Château d'Eau, Toulouse

Katrien De Blauwer

Du 8 novembre 2017 au 7 janvier 2018

Le travail de collage de Katrien de Blauwer, bien que réalisé sans caméra, s’inscrit pourtant dans le photographique par ses jeux de cadrages et de prélèvements. Pour construire ses images, elle découpe des morceaux de photographies trouvées dans de vieux magazines de cinéma qu’elle borde ensuite par des pans monochromes aux teintes fanées, puisés également dans des vieux livres. La couleur du papier, sa matière, les éventuelles macules, interagissant avec les parties de corps sélectionnées, invitent notre imagination à combler ce hors-champ. De nouvelles narrations s’instaurent et révèlent comme par magie un univers d’une grande sensualité.

I am not I – Famous and forgotten portraits

Sinebrychoff Art Museum. Finnish National Gallery, Helsinki

Anni Leppälä

Du 08 juillet au 31 décembre 2017

Cette exposition explore le portrait à travers différents prismes, thèmatiques et perspectives tout en offrant un aperçu de l’histoire et du développement du genre. Pouvoir, identité, souvenirs et conservations font partie des thèmes abordés. Les oeuvres présentés couvrent toute l’étendue du genre, des portraits imposants de figures royales et puissantes aux représentations intimes des familles, en passant par les autoportraits des artistes.

India Song and Metamorphoses

Jackson Fine Art, Atlanta, États-Unis

Karen Knorr

Du 06 octobre au 23 décembre 2017

Dans cette exposition solo en collaboration avec la Galerie Danziger, Karen Knorr présentera ses nouveaux travaux des séries India Song et Metamorphoses.

Shared

Finnish Institute in Stockholm, Suède

Nelli Palomäki

Du 17 novembre au 22 décembre 2017

Avec : Juhana Moisander et Nelli Palomäki

 

En collaboration avec Juhana Moisander, Nelli Palomäki explore, par l’image et la vidéo, la beauté et les difficultés qui existent entre frères et sœurs.

M’Tsamboro

BBB Centre d'art, Toulouse

Laura Henno

Du 04 octobre au 20 décembre 2017

Dans un contexte de mouvement migratoire sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale, d’une mise en tension des représentations de l’altérité, de signes de repli identitaire constatés au coeur de nos Etats nations, M’Tsamboro est une invitation à remettre en perspective notre contrat social. Une artiste, un centre d’art et un laboratoire de recherche interdisciplinaire s’associent pour donner à voir et à penser la complexité des migrations contemporaines.

Vertige

Galerie du Faouëdic

Erwan Morère

Du 06 octobre au 17 décembre

Dans le cadre du 22èmes Rencontres Photographiques du Pays de Lorient, Erwan Morère présente son travail dans cette exposition solo à la Galerie du Faouëdic.

Feed The Meter Vol. 2

Ceysson & Bénétière, Wandhaff, Luxembourg

James Hyde

Du 23 novembre au 16 décembre 2017

Après le succès de Feed the Meter, l’ambitieuse exposition collective réalisée en 2015, le moment est venu de revisiter l’énergie et les idées de ce projet original. Cette exposition (ou plutôt série d’expositions) est une tentative pour définir un type d’art en particulier : un art engageant et ouvert sur une forme d’abstraction terrestre mêlant concept et matérialité à part égale.

Saturnium

Chapelle du Méjan, Arles

SMITH

Du 14 octobre au 03 décembre 2017

Avec :  SMITH et Antonin Tri Hoang

 

Dans le cadre de sa huitième edition, ON_Octobre Numérique a souhaité consacrer tout un focus au travail de l’artiste Smith.

Un conte musical et photographique de SMITH et Antonin Tri Hoang, lauréats du Prix Swiss Life à 4 Mains 2O17.

Casa Drawing

Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui, Casablanca, Maroc

Catherine Poncin

Du 11 octobre au 02 décembre 2017

Avec : Said Afifi, Yassine Balbzioui, Amina Benbouchta, Julie Bernet-Rollande, Badr El Hammami, Simohammed Fettaka, Catherine Poncin (…)

La seconde édition de CASA DRAWING tend à faire connaître au public la diversité des techniques et des univers graphiques des artistes dessinateurs contemporains, toute en élargissant le champ des possibles. Installations, superpositions, natures mortes détournées… le dessin se fait avant tout prétexte pour interroger sans cesse les contours de sa propre discipline.

Manifesto

Galerie In)(between

Antoine d’Agata

Du 11 novembre au 2 décembre 2017

University of Disaster

Biennale de Venise 2017, Pavillon de la Bosnie-Herzégovine

Radenko Milak

Du 13 mai au 26 novembre 2017

Après 4 ans d’absence, la Bosnie-Herzégovine revient à la Biennale de Venise avec Radenko Milak et University of Disaster (commissariat : Fredrik Svensk, Sinziana Ravini, Anna van der Vliet and Christopher Yggdre)

Un bal masqué, XVIIIe siècle & art contemporain

Château de Nyon, Suisse

Karen Knorr

Du 09 juin au 26 novembre 2017

Avec : Jan de Vliegher Istvan Balogh, Karen Knorr

Cette exposition présente, outre des vêtements de Gianni Versace et de Vivenne Westwood des années 1990, les œuvres de six artistes contemporains tous nés dans la seconde moitié du XXe siècle. Ces artistes, qui reprennent de manière consciente le XVIIIe siècle, s’attachent à le rejouer de diverses manières qu’il s’agisse de sculpture, de photographie, de vidéo ou de peinture.

Photography from The Walther Collection

Biennale FOTO/INDUSTRIA, Bologna

Mitch Epstein

Du 12 octobre au 19 novembre 2017

Avec : Michele Borzoni, Mitch Epstein, Joan Fontcuberta, Vincent Fournier, Lee Friedlander, Mimmo Jodice, Josef Koudelka, John Myers, Alexander Rodchenko, Thomas Ruff et Carlo Valsecchi

 

Mitch Epstein participe avec 13 autres photographes internationaux à la troisième édition de Foto/Industria, biennale dédiée à la photographie industrielle organisée par la ville de Bologne et par la fondation MAST.

TRAUM

Le Magasin de Jouets, Arles

SMITH

Du 14 octobre au 18 novembre 2017

Dans le cadre de sa huitième edition, ON_Octobre Numérique a souhaité consacrer tout un focus au travail de l’artiste Smith.

TRAUM sera présenté sous la forme d’une installation associant photographies, vidéos, images d’archive et sculptures.

En partenariat avec la galerie des Filles du Calvaire et Spectre Productions.

The Journey

L'Avenue, Shanghai

Corinne Mercadier

Du 22 septembre au 05 novembre 2017

Avec : Corinne Mercadier et Kourtney Roy

Sous le commissariat de Elaine Harris, Corinne Mercadier expose à L’Avenue à Shanghai. Ce bâtiment emblématique situé au cœur du district de Changning, accueillera pendant un mois et demi ses photographies aux cotés de celles de Kourtney Roy.

ÉCHO

La Cité des Arts, Sainte-Clotilde / Maison Bédier, Piton Saint-Leu

Thierry Fontaine

Du 03 septembre au 05 novembre 2017

L’exposition réunit une centaine de pièces photographiques dont une partie est projetée. Elles se déploient sur deux lieux : au Frac Réunion et à la Cité des Arts. Écho souligne les multiples dimensions d’une œuvre à géométrie variable qui investit l’extérieur et l’intérieur de la Maison Bédier, une demeure du 19e siècle à Saint Leu, et l’architecture contemporaine de la Cité des Arts à Saint-Denis, deux approches qui entrent en résonance.

Portraits at Malpensa Airport

Museion, Italie

Paola de Pietri

Du 06 octobre au 05 novembre 2017

Dans le cadre de la cinquième édition du projet Level 0, ArtVerona, Paola de Pietri présentera sa série Portraits at Malpensa Airport au Museion, à la ville de Bolzano en Italie.

Now Wakes the Sea

The Glucksman Cork, Irlande

Marcel Dinahet

Du 03 août au 05 novembre 2017

Avec : Tacita Dean, Marcel Dinahet, Andreas Kindler von Knobloch, Sean Lynch, Maria McKinney, Conrad Shawcross, Lucy Skaer, Janaina Tschäpe et Anna Zacharoff

Now Wakes the Sea considère la reprise d’intérêt sur l’océan dans les pratiques d’art contemporaines, en présentant des artistes irlandais et internationaux dont le travail explore des idées de submersion, sauvetage et les secrets cachés dans son fond. Marcel Dinahet présente ici ses films qui capturent ces objets inertes, submergés, abandonnés à l’épreuve du temps.

Olt

Espace de l'Art Concret de Mouans-Sartoux

Olivier Mosset

Du 01 avril au 05 novembre 2017

Avec : Jean Baptiste-Sauvage et Olivier Mosset

 

Le projet des artistes Olivier Mosset et Jean-Baptiste Sauvage se déploie sur plusieurs années. Mécènes du sud Aix-Marseille qui réunit 45 entreprises s’associe à l’eac. pour coproduire cette exposition qui interroge les différents champs de productions des signes relevant tout autant de la publicité et du graphisme que de la peinture et de l’architecture. Lire plus…

Coming Out: Sexuality, Gender and Identity

Walker Art Gallery, Liverpool

Karen Knorr

Du 28 juillet au 05 novembre 2017

Avec : David Hockney, Karen Knorr, LINDER, Sarah Lucas, Steve McQueen, James Richards

Karen Knorr fera partie de cette exposition qui rassemble différents artistes qui ont utilisé leur travail pour explorer la sexualité et l’identité de genre depuis 1967. L’exposition se déménagera ensuite au Birmingham Museum & Art Gallery, où des travaux des artistes comme Francis Bacon, Grayson Perry et John Stezaker lui seront ajoutés.

Menstruation Myths

Festival PhotoReporter, Saint Brieuc, France

Laia Abril

Du 5 octobre au 7 novembre 2017

Selon une récente étude auprès de 100 000 filles en Inde, près de la moitié ne savaient rien des menstruations avant l’arrivée de leurs premières règles. Une fille sur 3 en Asie du Sud est dans la même situation. 48% en Iran et 10% en Inde ont cru à une maladie, pensant même en mourrir.
En moyenne, une femme passe entre 3 000 et 3 500 jours de sa vie à avoir ses règles ; pourtant dans une majorité de cultures, les menstruations sont vues négativement, voire de manière honteuse et sale. Les nombreuses idées fausses qui circulent sur le sujet ont un impact considérable sur leur santé, hygiène et leur avenir.

Ce sujet est centrée sur la manière dont les perceptions liées aux menstruations affectent non seulement le quotidien mais plus globalement les représentations des femmes dès leur plus jeune âge, avec les conséquences qui en découlent tout au long de leur vie.

Laia Abril est photographe, artiste visuelle, écrivaine et éditrice. Après avoir obtenu un diplôme de journalisme en Espagne, elle s’est installée à New York pour étudier la photographie au Centre International de photographie. Elle
a choisi de centrer ses travaux sur l’intime, d’observer et de mettre en lumière des aspects cachés de la sexualité, des troubles alimentaires, de la lutte pour l’égalité des sexes.

On Abortion

City of Women, Ljubjiana, Slovénie

Laia Abril

Du 6 octobre au 2 novembre 2017

Today, safe and efficient means of abortion exist, yet 47,000 women die due to botched abortions every year. Millions of women across countries and religions all over the world are blocked against their will from abortion technologies by law and social coercion and are forced to carry pregnancies to term. Many are minors and rape victims, where their pregnancy is not viable or their health is at risk.

On Abortion documents and conceptualizes the dangers and damages caused by women’s lack of legal, safe and free access to abortion and highlights the long, continuous erosion of women’s reproductive rights to present-day. As she weaves her net of questions around ethics and morality, Abril also creates a series of visual and textual manifestations of the social triggers, stigmas and taboos around abortion that have remained invisible until now.

On Abortion is the first chapter of the artist’s long-term project A History of Misogyny, a visual research undertaken through historical and contemporary comparisons. On Abortion was presented for the first time at Les Rencontres d’Arles in July 2016 and was awarded with Prix Madame Figaro-Arles.

The exhibition in Ljubljana shows a fragment of the entire work, focusing on two thematically intertwined parts, namely: The History of Contraception, and Illegal Stories/ DIY Methods.

Colors of diversity

Hungarian National Museum, Budapest

Katinka Lampe

Du 15 septembre au 30 octobre 2017

Sous le commissariat de Barnabás Bencsik, Katinka Lampe intègre cette exposition collective au Musée Nationale Hongrois.

Répliques : l’original à l’épreuve de l’art

Musée des Beaux-Arts La-Chaux-de-Fond

Olivier Mosset

Du 30 juin au 29 octobre 2017

Les œuvres retenues proviennent en grande partie de la collection d’Olivier Mosset, donnée au musée en 2007. Elles reflètent l’intérêt jamais démenti de l’artiste pour les questions liées à la copie, la répétition, la citation ou l’appropriation, et sont pour la première fois confrontées systématiquement à un choix de ses propres œuvres, qui couvre l’ensemble de sa carrière. D’autres œuvres, tirées de la collection du musée, permettent de les confronter à des antécédents historiques qui mettent en jeu les mêmes questions. Des prêts généreux, institutionnels et privés, ont permis de compléter l’ensemble, et des artistes contemporains ont été sollicités pour permettre de poursuivre la réflexion en prenant en compte les enjeux actuels du numérique, qui instaure un régime de copies et de reprises potentiellement illimitées.

There May Be No Before at All

Fogelman Galleries of Contemporary Art, University of Memphis, USA

Laura Henno

Du 08 septembre au 27 octobre 2017

Laura Henno fera partie de cette exposition collective avec des productions qui apportent une réflexion sur le corps humain dans l’espace et dans le temps.

Off-site Project: Upon a Shifting Plate

Sharjah Biennial 13 (SB13), Tamawuj, Beirut, Lebanon

Laura Henno

Du 14 au 22 octobre 2017

L’exposition de Hicham Khalidi « An unpredictable expression of human potential » cherche à aborder le moment actuel de désengagement et frustration, pour s’interroger si la nouvelle génération possède la vitalité nécessaire pour changer l’héritage socio-politique moderne.

Lichtblicke | Zeitgenössische finnische Fotografie

Kunstverein KunstHaus Potsdam, Allemagne

Nelli Palomäki, Anni Leppälä

Du 03 septembre au 22 octobre 2017

Avec : Markus Henttonen, Pertti Kekarainen, Ola Kolehmainen, Anni Leppälä, Nelli Palomäki

Anni Leppälä et Nelli Palomäki intègrent cette exposition qui présente des œuvres de cinq photographes qui occupent une place importante dans la photographie finlandaise, mais qui sont également présents sur la scène artistique internationale. Les intérêts artistiques et les méthodes de travail des cinq sont très différents, cependant la maîtrise et l’utilisation audacieuse de la lumière sont communes à son travail.

Refaire surface

Centre d'art le LAIT, Albi

Marcel Dinahet

Du 01 juillet au 22 octobre 2017

Avec : Pilar Albarracín, Ziad Antar, Vasco Araújo, Pierre Ardouvin, Oreet Ashery, Bertille Bak, François Bellenger, Alain Bernardini, Filip Berte, Véronique Boudier, Marcel Dinahet

A l’invitation de la photographe Valérie Jouve, le collectif Suspended Spaces investit entièrement l’espace des Moulins Albigeois. Son titre, Refaire surface, évoque une forme de résistance et renvoie aussi aux caractéristiques du lieu même de l’exposition.

Un monde in-tranquille

Abbaye Saint-André, Meymac

Corinne Mercadier

Du 09 juillet au 15 octobre 2017

Avec : Corinne Mercadier, Ziad Antar Peter Aerschmann

Cette exposition fait la part belle aux fantasmes et aux superstitions, sur un ton ironique, parodique et décalé. Un sentiment domine, celui que l’univers est imprégné d’une inquiétante étrangeté.

À la Recherche du Coup de Bol

Vivarium - atelier artistique mutualisé, Rennes

Benjamin Mouly

Du 29 septembre au 08 octobre 2017

Avec : Leslie Chaudet, Bruno Elisabeth, François Feutrie, Robin Garnier-Wenisch, Isabelle Henrion, Pascal Jounier-Trémelo, Benjamin Mouly (…)

Pour fêter les 10 ans de l’atelier, sont réunis dans cette exposition des membres anciens et les actuels.

Cinquième Corps

Abbaye de Jumièges

Noémie Goudal

Du 01 juillet au 07 octobre 2017

Pour son exposition à l’abbaye de Jumièges, Noémie Goudal présente un ensemble cohérent d’oeuvres, se constituant à la fois de photographies réalisées entre 2014 et 2016, mais également d’oeuvres inédites.

Here we are

Old sessions House, Londres

Karen Knorr

Du 18 septembre au 01 octobre 2017

Avec : Janette Beckman, Ian Berry, Jane Bown, Bill Brandt, Brian Griffin, Dafydd Jones, Karen Knorr, Daniel Meadows, Jo Spence, Chris Steele-Perkins, Homer Sykes (…)

 

Dans cette exposition collective en montrant les différents aspects du style de vie britannique, Karen Knorr montrera ses travaux des séries Belgravia et Punks.

Une fois et pas plus / Parcours photographique

Jardin du Bra'haus, Cité de l'Image, Clervaux (Luxembourg)

Corinne Mercadier

Du 29 au 30 septembre 2017

Avec : Tamas Dezso, Vincent Fourner, Janne Lehtinen, Corinne Mercadier, Christian Tagliavini, Sascha Weidner

La Cité de l’Image à Clervaux, invite Corinne Mercadier à exposer une sélection de photographies de la série « Une fois et pas plus » en plein air dans un jardin pendant une année, sur six panneaux de verre recto-verso. Cette exposition s’inscrit dans le thème de l’année « Contes d’images » qui aborde la dimension narrative et imaginaire de la photographie contemporaine.

Instruments

Jeu de Paume, Paris

Privé : Ismaïl Bahri

Du 13 juin au 24 septembre 2017

Le Jeu de Paume ouvre ses portes à Ismaïl Bahri pour sa première exposition d’ampleur. Né à Tunis en 1978, l’artiste évolue entre Paris et Tunis. Il privilégie la vidéo sans cependant négliger le dessin, la photographie et l’installation. Les travaux d’Ismaïl Bahri résultent souvent d’une série d’opérations dont les acteurs sont toujours des éléments simples issus du quotidien, tandis que l’intrigue se noue dans l’interaction qui s’établit entre eux : une goutte d’eau qui, apposée sur la peau, réagit aux pulsations artérielles, un fil qui se rembobine, les fibres d’un papier qui s’imprègnent d’encre… Par son regard attentif, son sens du détail et son goût pour l’énigme, l’artiste provoque des micro-événements dont il interroge les conditions de visibilité.

« Instruments » offre une sélection de ses principaux travaux à laquelle s’ajoutent trois nouvelles œuvres, pensées et produites pour l’occasion. Cet ensemble de huit œuvres vidéo rend compte des principaux sujets de réflexion irriguant son travail, comme l’élémentaire, la durée, l’échelle, la transformation, mais aussi la visibilité et l’invisibilité, le mystère et sa résolution. L’exposition tente de développer un mouvement d’élargissement progressif, qui part de la sphère intime pour aboutir à une ouverture vers l’extérieur (sur le paysage, la lumière ainsi qu’une certaine forme d’abstraction).

Corpus

Círculo de Bellas Artes, Madrid

Antoine d’Agata

Du 30 mai au 24 septembre 2017

Comment rendre compte de cette archive vivante, de ce geste artistique, humain et politique et de cette dérive assumée, consciente, délibérée, ultime dispositif de résistance face à un monde vécu dans la rage et la douleur ?

Comment le corps, l’engagement, l’acte physique et humain de l’artiste et l’enjeu du sacrifice traversent le flux de cette œuvre depuis plus de 25 ans, pour dire l’expérience d’un réel absorbé toujours plus intensément, plus marginalement aussi ?

La tentative de cette exposition rend compte de quelques vérités, fragiles, et impose l’expérience d’une vie, sans échappatoire. Que l’accumulation des images, que la répétition infinie ancre les visions d’un homme repoussant toujours plus loin les limites de sa propre existence, et nous autorise à saisir le sens, la nécessité et l’urgence d’une quête forcenée dont seules restent des traces, des fragments, des morceaux arrachés à la réalité. Quelques « images rescapées ».

Fannie Escoulen

Performance « La Défense, Le regard qui s’essaye »

Jeu de Paume, Paris

Paulien Oltheten

19 septembre 2017 à 21h

Paulien Oltheten (Nijmegen, Pays-Bas, 1982) est une artiste travaillant les images, les vidéos et les performances en direct. Elle a étudié à la Rijksakademie à Amsterdam et bénéficié de résidences artistiques à l’ISCP (New York) et à la Cité des Arts (Paris). En 2012, elle a reçu le prix Dutch Doc et son travail a été présenté internationalement.

La ville, la mer

Chapelle Saint-Sauveur, Saint-Malo

Marcel Dinahet

Du 01 juillet au 17 septembre 2017

Invité par la ville de Saint-Malo à présenter une exposition estivale dans la Chapelle Saint-Sauveur, le Frac Bretagne propose, à travers un ensemble d’œuvres issues de sa collection, de faire écho aux multiples facettes qui caractérisent l’agglomération aujourd’hui.

New York Arbor

Musée Photographique de Mougins

Mitch Epstein

Du 03 juin au 17 septembre 2017

Le photographe américain Mitch Epstein, lauréat de l’emblématique Prix Pictet, s’attache depuis plus de quarante ans à dresser le portrait du monde par le spectre des réalisations humaines et des liaisons parfois dangereuses qu’elles entretiennent avec la nature. En 2011, il commence à s’intéresser aux arbres de New York. “Cette série de photographies explore des arbres extraordinaires dans cinq quartiers de New York. Enracinés dans les parcs, les centres commerciaux, les jardins, les cimetières et les trottoirs, certains arbres se sont adaptés à leur entourage comme des contorsionnistes, tandis que d’autres ont été taillés en spécimens précieux. Ils sont aussi divers que la population de la ville…”, explique-t-il à propos de New York Arbor.

Loaded Shine

Círculo de Bellas Artes, Madrid

Paulo Nozolino

Du 31 mai au 17 septembre 2017

Loaded Shine / dans le cadre du festival PHotoESPAÑA

Cette série de 20 photographies en noir et blanc, réalisée entre 2008 et 2013 à New York, Lisbonne, Paris et Berlin, mais aussi dans la campagne française et portugaise, montre la syntaxe symbolique-obscur propre à Nozolino. Des images verticales qui témoignent une fois de plus de son éternelle préoccupation pour l’état du monde et la recherche de l’image analogique pure, authentique, non retouchée.

Le Rêve des formes

Palais de Tokyo, Paris

SMITH

Du 14 juin au 10 septembre 2017

Avec :  Hicham Berrada & Sylvain Courrech du Pont & Simon de Dreuille Francis Alÿs, SMITH & Antonin-Tri Hoang

Les artistes et chercheurs rassemblés dans Le Rêve des formes témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues.

Commissariat : Alain Fleischer, directeur du Fresnoy – Studio national des arts contemporains et Claire Moulène, commissaire au Palais de Tokyo

Lire plus…

Periscope: Beyond photography

MC2 Gallery, Milan

Benjamin Mouly

Du 29 juin au 08 septembre 2017

Avec : Cristiano Tassinari, Eva Stenram, Benjamin Mouly

Cette exposition collective rassemble une sélections d’artistes internationaux émergents, souhaitant explorer au-delà des limites du médium photographique.

Helena Almeida: Work is never finished

Art Institute Chicago

Helena Almeida

Du 29 juin au 4 septembre 2017

“My work is my body; my body is my work,” Helena Almeida declared in 1969. Around this time the artist took a photograph of herself wearing a blank pink-toned canvas across her torso—at once a comical and a radical gesture, and one that marked a crucial turn in her practice. Almeida (Portuguese, born 1934) had studied painting in Lisbon in the mid-1950s but since 1969 has produced mainly black-and-white photographs of herself, sometimes painting or tinting them. These are never self-portraits, but the compositions always center on the artist’s body, always differently posed or contorted and almost always captured in the same corner of her studio. She tends to work in long, sometimes open-ended series, and in recent decades she has printed her photographs at full-body scale or larger. While Almeida still calls herself a painter rather than a photographer, she is at the same time also a kind of dancer, engaged in an ongoing, experimental choreography of everyday gestures and physical limits, exploring the seemingly endless malleability of the body.

Fifty-fifty

Les Rencontres d'Arles, France

Samuel Gratacap

Du 03 juillet au 27 août 2017

Construite comme une installation, cette exposition conduit le spectateur dans un récit où se rejouent les rapports de visibilité et d’invisibilité entre des personnes qui cohabitent et se rencontrent pour le meilleur et pour le pire.

« J’arrive en Libye pour la première fois en décembre 2014. Ras-Jedir, à la frontière tunisienne, puis la ville de Zuwara, connue pour les départs et naufrages des bateaux de migrants qui partent pour l’Italie. Ceux qui vivent le fifty-fifty : la mort ou la vie. À Zuwara je rencontre Younes, 26 ans, ingénieur en télécommunication, devenu fixeur pour journalistes. Lors de notre première rencontre, Younes me pose une question à la fois bouleversante et pertinente : « Tu es là pour les migrants ou pour la guerre ? » Bouleversante car elle démontre les intentions des medias et l’intérêt qu’ils portent à l’égard de son pays. Pertinente, directe et sans détour car elle pose le contexte : une dissociation est-elle possible entre la guerre et le sort des migrants ? Construite comme une installation, cette exposition conduit le spectateur dans un récit où se rejouent les rapports de visibilité et d’invisibilité entre des personnes qui cohabitent et se rencontrent pour le meilleur et pour le pire. »
Samuel Gratacap

Éternité par les Astres

Les Tanneries, Centre d'art contemporain

Edouard Wolton

Du 04 avril au 27 août 2017

Avec : Charlotte Charbonnel, Juliette Agnel, Edouard Wolton

Les artistes invités par Léa Bismuth s’émancipent à leur façon d’une vision fataliste et généraliste du monde en lui opposant des lectures singulières, fines et intensives, attentives et ouvertes. En privilégiant les médias de capture et de restitution du réel que sont la photographie et l’enregistrement sonore ou vidéo, Léa Bismuth sollicite des artistes qui sondent, fouillent et révèlent la matière du monde.

Me: Self-portraits through time

Kunsthalle Helsinki

Nelli Palomäki

Du 27 mai au 06 août 2017

Avec : Martti Ranttila; Aurora Reinhard; Heli Rekula; Kaapo Rissala; Jalmari Ruokokoski; Eino Ruutsalo; Janne Räisänen; Yrjö Saarinen; Stiina Saaristo; Nelli Palomäki…

Comment se perçoit-on soi-même? Comment aimerais-t-on que les autres nous voient? Cette exposition rassemble plus de 160 autoportraits, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui. Ces oeuvres proposent un aperçu de la partie la plus intime de leurs créateurs, tout autant fiers et nobles qu’emplis d’humour et d’autodérision.

Lire plus…

 

La Movida

HOME, Manchester

Esther Teichmann

Du 14 avril au 17 juillet 2017

Avec : Alejandría Cinque, Bruce LaBruce, Chim-Pom, Clara Casian, Derek Jarman, Esther Teichmann, Jesse Darling, La John Joseph, Linder Sterling, Luis López Carrasco, Oreet Ashery, Patricia Esquivias, Paul Heyer, Puppies Puppies, Raisa Maudit, Stefanos Tsivopoulos

Dans le cadre du ¡Viva! Spanish & Latin American Festival 2017

Plusieurs artistes contemporains s’inspirent du mouvement socio-culturel La Movida (littéralement « le mouvement ») de l’Espagne post-Franco, thématique au coeur de cette exposition collective.

Curtas vila do conde

Festival Curtas Vila do Conde au Portugal

Laura Henno

Du 08 juillet au 16 juillet 2017

Le court-métrage « Koropa » de Laura Henno concourra en compétition internationale au festival Curtas Vila do Conde au Portugal.

Saisons

Espace Victor Hugo, Ploufragan

Samuel Gratacap

Du 26 juin au 08 juillet 2017

A l’invitation du Centre d’Art GwinZegal et de l’association Itinérance, Samuel Gratacap a entrepris de photographier le quotidien de familles issues de la communauté des gens du voyage au sein de deux villes de l’agglomération de Saint-Brieuc, Ploufragan et Trégueux, en Côtes d’Armor, Bretagne.

Lobismuller

Fotoleggendo, Rome, Italie

Laia Abril

Du 16 juin au 1er juillet 2017

Archipel (Dans le cadre du Mois de la Photo)

La Terrasse (Nanterre)

Thierry Fontaine

Du 25 mars au 30 juin 2017

Commissariat : Sandrine Moreau

Les photographies de Thierry Fontaine insèrent la poésie dans l’expérience esthétique de l’espace public exceptionnel qui environne La Terrasse : espace d’art de Nanterre. « Axe historique depuis le coeur de Paris vers l’ouest, le Grand Axe s’ouvre à la Grande Arche de von Spreckelsen et ne semble jamais se refermer, il se confond avec l’horizon des terrasses de Saint Germain. Seul le tronçon situé entre le stade et les prairies libres de la Ferme du Bonheur reconduit un modèle de « rue » où le regard est conduit selon la pure ligne droite.

«Archipel» propose de fragmenter cette vision et de faire de l’installation photographique une série d’îles disposées dans l’espace sans souci de cadence particulière, de symétrie ou d’alignement au bâti. Il s’agit ici de faire divaguer le regard et d’apporter un contrepoint à la rigueur de l’axe. Une île est à la fois un isolat dans l’espace et une structure propre. Chacune est différente de toutes les autres, tant par le contenu – le sujet traité par l’image montrée – que par le support, l’orientation, l’accès offert au public.»

Thierry Fontaine

Château Kairos

Le château de Gaasbeek, Belgique

Corinne Mercadier

Du 31 mars au 25 juin 2017

Commissariat: Joke Hermsen.

Qu’est ce que le temps? Qui est Kairos ? Existe-t-il un autre temps que celui de l’horloge ? Ces questions sont celles qui guideront l’exposition « Château Kairos » présentée au Château de Gaasbeek.

Dance with me video – WE MEP

Maison Européenne de la Photographie Ville de Paris

Privé : Ismaïl Bahri

Du 20 avril au 18 juin 2017

Avec : Ali Kazma, Ismaïl Bahri, Elena Kovylina, Shaun Gladwell

Dans le cadre du cycle DANCE WITH ME VIDEO, Barbara Polla propose de découvrir chaque week-end une sélection de vidéos d’artistes questionnant le rapport au corps en mouvement et à la danse.

A cette occasion, le film ‘Dénouement’ d’Ismaïl Bahri sera projeté.

Les samedis et dimanches, de 14h30 à 15h, à l’auditorium de la MEP. En accès libre, sur présentation du billet d’entrée, dans la limite des places disponibles.

Lontano (2000-2017)

Abbayes de Jumièges, Jumièges

Corinne Mercadier

Du 08 avril au 18 juin 2017

Carte blanche à Christine Ollier

Le travail de Corinne Mercadier est une éternelle envolée. Il puise ses formes aux frontières de la sculpture, du dessin, de la danse. Ses espaces sont ceux de la peinture et de la perspective de la Renaissance, du plateau chorégraphique et de la scène théâtrale. La photographie en est le réceptacle. Elle est le cœur, l’instant magique où la captation cristallise les éléments formels et poétiques. Sans ce moment d’accomplissement, les corps, les sculptures et objets mis en scène demeuraient inertes, sans vie. Dans cette oeuvre le poétique rencontre le photographique pour livrer une image rêvée prise dans une fugace éternité. Mais cette immortalité n’est pas nostalgique. Elle se déplace toujours selon une inspiration nouvelle où les références picturales et philosophiques s’entrecroisent avec des formes imaginées par l’artiste et le mouvement qu’elle insuffle à ses modèles.

Projection de « Foyer »

Biennale de Sharjah, Sharjah, Emirats Arabe Unis

Privé : Ismaïl Bahri

Du 12 mars au 12 juin 2017

Commissaire : Christine Tohmé

La rue de Paris

Festival ImageSingulières, Sète

Thibaut Cuisset

Du 24 mai au 11 juin 2017

Thibaut Cuisset, avec « La rue de Paris », un livre publié en 2004, était sorti un peu de ses traces. Il avait documenté avec talent cette artère qui irrigue Montreuil. Le Festival ImageSingulières lui rend hommage à la Maison de l’Image Documentaire.

Vers le but

FRAC Provence Alpes-Côtes d’Azur, Marseille

Thierry Fontaine

Du 04 mars au 4 juin 2017

L’exposition Vers le but de Thierry Fontaine propose une déambulation à travers un ensemble de 80 photographies grand format. Projetées ou présentées au mur, ses photographies révèlent des mises en scène de corps, d’objets organisés avec précision dans un contexte choisi : paysages maritimes, zones forestières, milieux urbains… Toutefois, les cadrages centrés et serrés sur ses sujets suppriment toute possibilité de localiser ces lieux.

Empire

Institut français de Tunisie, Tunis

Samuel Gratacap

Du 16 mars au 16 mai 2017

Du 16 mars au 16 mai, la galerie de l’Institut français de Tunisie accueille l’exposition photographique « Empire » de Samuel Gratacap. Le vernissage aura lieu le jeudi 16 mars à 18h.

La série photographique Empire de Samuel Gratacap, résulte de plusieurs séjours qu’il a réalisés entre 2012 et 2014 dans le camp de réfugiés de Choucha, situé en Tunisie à 5km de la frontière libyenne. À partir de 2011, le camp de Choucha est devenu un lieu de transit pour plusieurs centaines de milliers de réfugiés d’origine subsaharienne qui ont dû fuir la guerre en Libye.

En juillet 2013, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et les organisations humanitaires décident de la fermeture officielle du camp et quittent Choucha. Malgré cette décision, des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont continué d’y vivre dans des conditions précaires sans eau, ni nourriture et ni assistance médicale.

Le travail photographique et vidéo de Samuel Gratacap rend compte du quotidien de ces réfugiés et de la réalité de ce lieu de vie marqué par l’attente, il esquisse les contours d’une situation en suspens. Aux nombreux tirages photographiques de différents formats s’ajoutent des séries de polaroïds, un ensemble d’images apposées au mur, la transcription de témoignages, des séquences vidéos. Ces différents supports retranscrivent, comme le dit l’artiste, l’idée qu’ « il n’y a pas une histoire de Choucha mais autant d’histoires que le nombre de personnes qui y ont vécu ».

 

Empire (Mois européen de la photographie au Luxembourg)

MUDAM, Luxembourg

Samuel Gratacap

Du 11 février au 14 mai 2017

Commissariat: Café-Crème asbl

Photographe dont le travail s’inscrit à la fois dans le champ des arts visuels et celui des médias – il travaille régulièrement pour Le Monde –, Samuel Gratacap s’intéresse aux phénomènes de migration et aux zones de transit générées par les conflits contemporains. Ses projets sont le fruit de longues périodes d’immersion, un temps nécessaire pour comprendre la complexité des situations et restituer ce qui, au-delà des nombres, des cartes et des données géopolitiques, en constitue le coeur : des trajectoires et des expériences personnelles. Son ambitieux projet Empire résulte de plusieurs séjours qu’il a faits entre 2012 et 2014 dans le camp de réfugiés de Choucha, situé en Tunisie, à quelques kilomètres de la frontière libyenne. Les images qui le composent traduisent des moments de vie, d’attente, d’engagement, d’adaptation à l’hostilité de l’environnement. « Il n’y a pas une histoire de Choucha, indique l’artiste, mais autant d’histoires que le nombre de personnes qui y ont vécu.»

 

Kolga Tbilisi Photo 2017

Karen Knorr

Du 05 mai au 11 mai 2017

« KOLGA TBILISI PHOTO » will be opened 5th of May. Within the framework of « KOLGA TBILISI PHOTO » week, along with Kolga Award exhibition, the capital city of Georgia, Tbilisi will host various international and local exhibitions featuring both historically significant images and photographic works depicting various positions in contemporary photography. For “KOLGA TBILISI PHOTO 2017” visitors will have a chance to get familiar with the works of the world-renowned photographic artists and view the various international photo exhibitions.

Under the framework of « KOLGA TBILISI PHOTO » will host workshops, seminars, discussions and portfolio reviews to underline our philosophy to support the further promotion of art of photography as one of the new media forms among Georgians and to advance them in their development.

Heavy The Sea

Transformer Station, Cleveland (US)

Esther Teichmann

Du 14 janvier au 30 avril 2017

Avec cette prochaine exposition, l’artiste Esther Teichmann, basée à Londres, emmène les spectateurs dans un voyage à travers un monde onirique. La pratique de Teichmann explore les relations entre la perte, le désir et l’imaginaire, brouillant les lignes entre autobiographie et fiction.

Cosmos

Musée de minéralogie Ecole des Mines, Paris

Edouard Wolton

Du 28 mars au 22 avril 2017

Edouard Wolton donne à percevoir par le contenu et le système d’organisation et de fabrication de ses œuvres, les propriétés ontologiques des objets qu’il représente. Du 28 mars au 22 avril 2017, dans le cadre prestigieux du musée de minéralogie, il déploie un assemblage d’estampes, de peintures et une structure d’accrochage qui nous font entrer dans l’épaisseur des minéraux, premiers éléments constitutifs de notre planète dont le musée expose l’une des plus importantes collections au monde.

I BURNED ANGELS

Edmond Gallery, Berlin

Zhuo Qi

Du 11 mars au 15 avril 2017

Le jeune artiste chinois Qi Zhuo expose chez Edmond Gallery une série de délicates sculptures en biscuit de porcelaine : I BURNED ANGELS. Avec un motif de prédilection: des peluches. Même s’il ne s’y réfère pas, on est tenté de les comparer à celles introduites dans l’art contemporain par Mike Kelley ou Annette Messager.

A priori rien de commun entre ses céramiques immaculées et leurs oursons, sales, dépenaillés, mutilés, démembrés. Certes il pratique une même esthétique de la récupération mais sans partager le goût de la provocation du californien ni l’ironie noire et aigüe de la française. Question de culture et de génération. Pourtant à y regarder de plus près, le traitement qu’il inflige à nos petits compagnons d’enfance est bien plus cruel. Venant du pays où fut découvert le kaolin, Qi Zhuo les enrobe de barbotine avant de les mettre au four. Douze heures de cuisson à 1350 degrés. Dissouts par la chaleur, les doudous se désintègrent. Ne reste que la mince pellicule de porcelaine ayant moulé leurs contours.

Über das Sichtbare

Kunstverein Schwäbisch Hall

Anni Leppälä

Du 11 février au 09 avril 2017

L’oeuvre d’Anni Leppälä se compose essentiellement d’images individuelles mises en scène, présentées à la manière d’une constellation. Les photographies représentent des intérieurs, des paysages où le temps semble s’être arrêté. Les images individuelles fusionnent dans des installations murales qui communiquent les uns avec les autres.

Une borne à l’infini

Les Photographiques 2017 Collégiale Saint Pierre La Cour / Le Mans

Corinne Mercadier

Du 11 mars au 02 avril 2017

Corinne Mercadier proposera au Mans un ensemble constitué d’œuvres issues de ses séries le plus récentes : Solo (2011 – 2012) & Le ciel commence ici (2013-2016).

India Song

Collaterals Kochi-Muziris Biennale, Kochi, Inde

Karen Knorr

Du 13 décembre 2016 au 29 mars 2017

Dans le cadre de la troisième édition de la Biennale de Kochi-Muziris, la série « India Song » de Karen Knorr sera montrée par la galerie Tasveer au Passage Malabar à Fort Kochi.

Performance – Mise en scène

Centre National de la Danse, Pantin

Claudia Huidobro

Du 21 au 23 mars 2017

Après le succès de Models Never Talk mettant en scène sept mannequins, Claudia Huidobro participera à la dernière création d’Olivier Saillard. Elle sera présentée à Porto le 17 mars, avant d’être programmée au CND de Pantin les 21, 22 et 23 mars 2017.

Dérive

Le Château d'Eau (Toulouse)

Yusuf Sevinçli

Du 11 janvier au 05 mars 2017

Du 11 janvier au 5 mars 2017, Le Château d’Eau présente la série «Dérive» du jeune photographe turc Yusuf Sevinçli dont la pratique photographique quasi compulsive de la vie quotidienne est le moyen pour lui de rester connecté aux êtres et aux choses.
Avec une écriture très personnelle, s’inscrivant dans le champ de l’image contemporaine, il développe une approche intuitive de son environnement, de ses angoisses et de ses questionnements au quotidien. C’est son commentaire sur la vie et sur la manière dont il voit et perçoit le monde qui l’entoure.

Dépenses

LABANQUE, Béthune

Antoine d’Agata

Du 08 octobre 2016 au 26 février 2017

Avec : Agnès Thurnauer, Ana Mendieta, Anne-Lise Broyer, Eric Rondepierre, Gilles Stassart, Huot, Julião Sarmento, Kendell Geers, Laurent Pernot, Lionel Sabatté, Manon Bellet, Michel Journiac, Mounir Fatmi, Pierre Klossowski, Rebecca Digne, Victor Man, Yannick Haenel, Antoine d’Agata, Édouard Levé

Pour cette première exposition, onze artistes interrogent le concept de « dépense » avec des productions inédites, en regard d’autres artistes contemporains, et d’œuvres plus anciennes dont certaines seront de magnifiques redécouvertes.

La « notion de dépense » est présente dans l’ouvrage philosophique et économique La Part maudite, paru en 1949, dans lequel Georges Bataille étudie une « perte inconditionnelle ». L’économie dont il est question ne dépend plus d’une logique de profit et de consommation, mais d’une considération beaucoup plus large prenant en compte l’énergie du vivant sous toutes ses formes. Les visiteurs sont invités à se plonger dans la création la plus actuelle et déflorer un pan de l’immense œuvre de l’écrivain parfois mal connue du grand public.

Printers Matters

23 rue Richer, Paris 9ème

Edouard Wolton

Du 28 janvier au 25 février 2017

« Printers Matters » est une proposition d’Olivier Moriette, Mario Picardo et Edouard Wolton. Trois artistes, qui ont décidé d’inviter les artistes de leurs choix, à exposer dans un lieu éphémère au cœur de Paris.

Campagnes Françaises

Fondation Fernet-Branca, Saint-Louis/Alsace

Thibaut Cuisset

Du 20 novembre 2016 au 12 février 2017

La réalisation de cette exposition constitue l’aboutissement d’un corpus conséquent sur le paysage français entrepris depuis une vingtaine d’années par l’artiste Thibaut Cuisset.

Travaillant à réunir un ensemble de photographies, Thibaut Cuisset porte son regard sur une France rurale du début du XXIe siècle, en couvrant une grande partie du territoire, créant un atlas poétique et sensible, et d’une certaine façon participant d’une typologie du paysage français.

Ce qui lui importe avant tout, sans photographier nécessairement toutes les régions françaises de manière exhaustive, est de cerner une grande variété de paysages qui donneront à voir une géographie de la France. Toutefois, le paysage urbain est volontairement exclu de ce projet, les petites villes ou les villes moyennes que l’on peut croiser en sillonnant la France constituant un autre propos.

PAR/ICI

Centre Chorégraphique National de Montpellier

SMITH

Du 17 janvier au 10 février 2017

PAR/ICI: est une programmation pluridisciplinaire d’ICI — Centre chorégraphique national de Montpellier. Émergents ou reconnus, seuls ou accompagnés, les artistes invités en résidences déclinent sur un temps resserré : spectacles, rencontres, films, étapes de travail, installations… Entre écritures hybrides et représentations chorégraphiques, offre une vision plurielle de leurs univers.

SMITH présentera au CND de Montpellier plusieurs photographies tirées des séries TRAUM (2015 – 2016), Spectrographies (2015-2016, Hear us marching up slowly (2011) et Löyly (2009).

Projection de « Revers »

International Film Festival Rotterdam, Pays Bas

Privé : Ismaïl Bahri

Du 25 janvier au 07 février 2017

A piece of blank paper pulsating before a camera lens attracts a crowd of passers-by in Tunis. The simplicity of the happening slowly opens up to a profound reflection on the nature of cinema (its creation and its collective viewing), while tracing the forms of a particular social and political landscape.

Soulèvements

Jeu de Paume, Paris

Privé : Ismaïl Bahri

Du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017

André Breton, Antonin Artaud, Artur Barrio, Ismaïl Bahri, Carl Einstein, Champfleury, Cornelius Castoriadis, Armand Dayot Dada, Ever Astudillo, Federico García Lorca…, Georges Bataille, Gustave Courbet, Guy Debord, Henri Alleg, Jean-Luc Fromanger, Joseph Beuys, Marcel Broodthaers

Le Jeu de Paume confie la totalité de ses espaces au philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman pour une grande exposition réunissant à la fois des œuvres anciennes et contemporaines.

« Soulèvements » est une exposition transdisciplinaire sur le thème des émotions collectives, des événements politiques en tant qu’ils supposent des mouvements de foules en lutte : il sera donc question de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres.

L’altro sguardo. Fotografe italiane 1965-2015

Triennale di Milano 2016

Paola de Pietri

Du 5 octobre 2016 au 08 janvier 2017

Avec : Agnese De Donato, Anna Di Prospero…, Carla Cerati, Elisabetta Catalano, Gea Casolaro, Giovanna Borgese, Letizia Battaglia, Liliana Barchiesi, Lisetta Carmi, Marina Ballo Charmet, Martina Bacigalupo, Monica Carocci, Paola Agosti, Paola Di Bello, Rä di Martino, Silvia Camporesi, Tomaso Binga (Bianca Menna), Paola de Pietri

Curated by Raffaella Perna

Entropia

Transpalette, Bourges

Art orienté objet, SMITH, Quimera Rosa

Du 8 octobre 2016 au 8 janvier 2017

Au cœur d’un dialogue ouvert entre les propositions de Art Orienté Objet, SMITH et Quimera Rosa, qui se contaminent autant au niveau spatial et sonore que conceptuel, la question du vivant est ici posée à partir de fictions expérimentales.

Si SMITH se focalise sur un cas étrange qui avait vu la fusion de deux corps et âmes soviétiques, Art Orienté Objet interroge les frontières de plus en plus ténues entre l’art et le savoir, entre intervention artistique et science. Quant à Quimera Rosa, ils grefferont l’espace de deux semaines leur laboratoire TransPlant, du projet Green is the New Red au coeur de l’exposition, questionnant les frontières poreuses entre l’humain et le végétal.

Entropia provoque le dialogue entre biologie, vidéo, astrophysique, sculpture, installation, littérature, danse, philosophie, son, photographie, studio de tatouage, anthropologie, autant de pratiques ou de domaines de connaissances démontrant la mixité organique qui préside désormais à la construction de nos savoirs.

Incorporated !

Les Ateliers de Rennes (Biennale d'art contemporain), Rennes

Privé : Ismaïl Bahri

Du 01 octobre au 11 décembre 2016

Avec : Aaron Flint Jamison, Anna Oppermann, Anne-Marie Schneider, Anne-Mie Van Kerckhoven, Babi Badalov, Ismaïl Bahri, Camille Blatrix, Darielle Tillon, David Douard, Ed Atkins, Eva Barto, Jana Euler, Jean-Alain Corre, Jean-Marie Perdrix, Jean-Pascal Flavien, Jorge Queiroz, Karolina Krasouli, Klaus Lutz, Laura Lamiel, Liv Schulman, Lucy Skaer, Mark Manders, Maurice Blaussyld, Melanie Gilligan, Michaela Eichwald, Michel François, Mélanie Matranga, Thomas Teurlai, Trisha Donnell

Conçue par François Piron, l’exposition emprunte son titre au vocabulaire économique. Il entend questionner les diverses façons dont les artistes reflètent les affects provoqués par notre incorporation au monde économique et social.

Helena Almeida : Corpus

WIELS, Contemporary Art Centre, Bruxelles

Helena Almeida

Du 10 septembre au 11 décembre 2016

Comissaires : João Ribas & Marta Almeida.
Comissaire WIELS : Devrim Bayar

Considérée comme l’une des plus grandes artistes contemporaines portugaises, Helena Almeida s’impose dès les années 1970 comme une figure majeure de la performance et de l’art conceptuel. Née en 1934 à Lisbonne, où elle vit et travaille, Helena Almeida explore et remet en question les formes d’expression traditionnelles, la peinture en particulier, poussée par un désir constant de dépasser l’espace délimité par le plan pictural. Au WIELS, l’exposition retrace les différentes étapes du travail de l’artiste, depuis ses premières oeuvres tridimensionnelles du milieu des années 1960, qui témoignent déjà du processus de déconstruction de la toile, jusqu’à l’utilisation de la photographie, puis plus tard de la vidéo.

The Measure of our Traveling Feet

Marres, Maastricht

Paulien Oltheten

Du 25 septembre 2016 au 27 novembre 2016

Large numbers of migrants are risking their lives in order to enter Europe. We see images of small boats afloat at sea, men in helmets and a deluge of drowned refugees. We hear about illegal settlements, desperate families and ruthless smugglers. The journeys of these refugees stand in stark contrast to the free movement of inhabitants of the European Union. While the world seems within arm’s reach to Europeans because of the euro, the open borders and the cheap airline tickets, the continent is becoming a closed fortress from the outside. Discussions revolve around migration, social inequality and the moving of feet that has always been part and parcel of these issues.

The exhibition The Measure of our Traveling Feet focuses on the social and cultural significance of migration. What does the world beyond the border have to offer? In which ways does travel change the past and alter identities? Paulien Oltheten has documented her journey on current and historical routes from eastern and central Europe to the west. Shilpa Gupta immerses us in the confusion that is typical of arrival in an unfamiliar environment, while Mounira Al Solh intimately captures migrants’ stories.

The exhibition title derives from a poem by the Irish poet W.B. Yeats (1865-1939) about the changing rhythm of life in modern England during the Industrial Revolution. How does the flow of refugees accelerate today’s pace, and how does it relate to the routes we ourselves traverse?

Participating artists: Francis Alÿs, Anca Benera & Arnold Estefan, Tudor Bratu, Mircea Cantor, Juliana Cerqueira Leite, Shilpa Gupta, Roza El-Hassan, Paulien Oltheten, Wouter Osterholt & Ingrid Hapke, Société Réaliste, Mounira Al Solh, Zsófia Szemző and World Service Authority®.

The exhibition is curated by Laura Mudde and Claire van Els.

Videocity, Videosea (Collection Frac Normandie Caen)

Canopé, site de Caen

Marcel Dinahet

Du 11 octobre au 26 novembre 2016

Avec : Marcel Dinahet, Franck Scurti, Hajnal Nemeth, Knut Åsdam, Simon Faithfull

Poursuivant leur collaboration initiée en 2006, le Frac Normandie Caen et Canopé, réseau de création et d’accompagnement pédagogiques, organisent une exposition d’œuvres de la collection du Frac à Canopé, site de Caen du 11 octobre au 26 novembre 2016.

Sous le titre évocateur « VIDEOCITY VIDEOSEA », l’exposition propose différents regards et possibilités du médium vidéo qui prend ici son ancrage dans les paysages urbains et maritimes.

Looking for the clouds / Dans le cadre du Mois Européen de la Photographie (EMOP)

MUSA (Museum Startgalerie Artothek), Vienne

Samuel Gratacap

Du 24 octobre au 24 novembre 2016

“Looking for the Clouds” is hinting at the great expectations refugees and immigrants might have when reaching for the shores of Europe after the 9/11 aggression developed in a full war in the Middle-East with a lot of consequences worsening the then also existing financial crisis and economic turmoil in some European countries. The refugee crisis brought many countries to the brink of explosion as an after-effect of the wars in the Middle-East. War on terror also meant more surveillance and control on ordinary citizens. Il also meant new war-strategies of which drones are just an aspect. And watching the clouds can therefore also be an expression of fear.

A History of Misogyny: On Abortion

FotoIstanbul, Turquie

Laia Abril

Du 1er au 30 octobre 2016

Fotoistanbul is hosting Laia Abril this October in İstanbul.
Laia Abril, whose work has been exhibited in many countries, is a bookmaker, who also won the Prix de la Photo Madame Figaro. In “A History of Misogyny: On Abortion”, the artist pushes the viewer to question the taboos about the abortion and its devastating consequences for women.

Foyer / NYFF New York

New York Film Festival, New York, US

Privé : Ismaïl Bahri

Du 07 octobre au 09 octobre 2016

A première vue, Foyer semble être une projection sans film où seul est donné à voir un écran blanc palpitant. Des voix accompagnent ce blanc. Elles proviennent de personnes qui ont abordé le caméraman du film au travail pour le questionner sur ce qu’il fait. Le filmeur est tour à tour approché par un photographe amateur, un passant curieux, un policier ou un groupe de jeunes. Au fur et à mesure de leurs développements, les discussions dévoilent au spectateur les principes d’une expérience filmique en cours et, par là-même, les principes du film qu’ils regardent. Cette expérience intrigue, interroge et transforme la caméra en un foyer (à l’image d’un feu) autour duquel se réunir, parler et écouter. S’intéressant d’abord à la caméra, ces paroles déploient vite des points de vue singuliers traçant les formes d’un certain paysage social et politique. Elles laissent entrevoir le contexte dans lequel se déploie l’expérience d’un travail qui tâtonne, à la recherche d’une voie dans le monde qui s’agite.

IMMERSIONS / Projection de Face-Ouessant

Projection "SilverScreens" dans le cadre de la YIA, à la Cité internationale des arts, Paris

Marcel Dinahet

08 octobre 2016

En résidence

Le terme évoque l’habiter : en quelque sorte, l’artiste en résidence se trouve une demeure. La résidence est une façon d’habiter l’errance qui sans cesse recompose l’assemblage entre un corps, un lieu et une action. Il y a alors accélération des histoires : qu’elle soit de quelques jours ou de plus d’un an, la résidence libère les énergies, exacerbe les désirs, courbe le temps. L’entropie et le tropisme se font face et se mêlent pour générer les conditions d’une immersion rapide, la tête la première. Dans le même temps, l’étrangèreté permet de prendre de la hauteur, de saisir d’un regard les (dys)fonctionnement locaux…

 

PRINTJAM / Multiples Art Days 2

La Maison Rouge, Paris

Edouard Wolton

Du 30 septembre au 02 octobre 2016

Avec : Christoph Ruckhâberle, Ronald De Bloeme, Thomas Siemon, Wernher Bouwens, Edouard Wolton

Le projet PRINTJAM initié en 2014 entre Ronald De Bloeme, Wernher Bouwens, Christoph Ruckhâberle, Thomas Siemon et Edouard Wolton sera montré pour la première fois à Paris lors des Multiple Art Days, foire autour de l’édition et du livre d’art à la Maison rouge.

Lobismuller Images Festival

Vevey, Suisse

Laia Abril

Du 8 septembre au 20 septembre 2016

En 1853, Manuel Blanco Romasanta est jugé pour le meurtre de dix-sept personnes : il en avoue neuf, mais déclare ne pas être responsable, car frappé d’une malédiction le transformant en loup. Après plus de 150 ans, cette affaire continue de hanter la mémoire collective en Espagne et d’intriguer criminologues, psychologues et historiens. D’après de récentes hypothèses, le tueur – prénommé à la naissance Manuela et élevé comme une fille jusqu’à six ans – aurait souffert de pseudohermaphrodisme féminin. L’artiste catalane propose une réécriture de la légende de Romasanta à la lumière de l’intersexualité présumée du criminel. Réalisé avec le soutien du Prix du Livre, Lobismuller nous plongera dans un univers photographique empreint d’ambiguïtés, dans lequel se confondent féminin et masculin, science et magie, folklore et faits historiques.

Dans le cadre de cette exposition, Editorial RM (Mexico/Barcelone) et le Festival Images Vevey coéditent la publication faisant partie intégrante de ce travail

Microbiota

Musée des Beaux-Arts, Dole

Art orienté objet

Du 10 juin au 25 septembre 2016

En partenariat avec l’EPCC Terre de Louis Pasteur, le musée de Dole organise une exposition consacrée au duo d’artistes Art Orienté Objet, alias Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin, dont le travail porte sur le vivant. Dans la sphère des artistes qui se placent à la frontière de l’art et de la science, ils occupent une place essentielle qui consiste à envisager l’ensemble du monde vivant, la biologie, la physique, la médecine, l’éthologie, l’ethnologie, l’écologie, la psychologie comme un objet artistique unique. Leur démarche vise à repenser la place de l’homme dans l’univers et à interroger la réalité des frontières biologiques entre les mondes animal et humain. A Dole, le duo Art Orienté Objet va présenter une exposition inédite et audacieuse, inspirée en partie par la personnalité de Pasteur. L’exposition se déploiera à la fois dans les espaces d’exposition temporaire du Musée des Beaux-Arts et dans ceux de la Maison natale de Louis Pasteur à Dole.

Stories of places and spaces, bodies and ties

Arendt House, Luxembourg

Katrien De Blauwer, Claudia Huidobro, Corinne Mercadier, Catherine Poncin, Anne-Lise Broyer, Isabel Muñoz

Du 29 mai au 31 août 2016

​L’exposition « Stories of places and spaces, bodies and ties » est visible à Arendt House, le siège d’Arendt & Medernach à Luxembourg, jusqu’à la fin du mois d’août 2016.

Cette exposition de photographies en noir et blanc regroupe le travail de six artistes : Anne-Lise Broyer, Katrien de Blauwer, Claudia Huidobro, Corinne Mercadier, Isabel Muñoz and Catherine Poncin.

The Asexuals Project

Galerie im Taxispalais, Vienne, Autriche

Laia Abril

Du 11 juin au 29 août 2016

Corpus

Jeu de Paume, Paris

Helena Almeida

Du 9 février au 22 mai 2016

Couvrant près de cinquante ans de travaux issus des différentes phases d’un parcours précurseur se déployant dans les champs de la peinture, de la photographie, de la vidéo et du dessin, cette exposition réunit les séries photographiques qui ont fait la notoriété de l’artiste, ainsi que des œuvres rarement montrées au public.
Dès le début de sa carrière, Almeida introduit dans ses peintures abstraites les préoccupations centrales qui définiront sa pratique artistique, notamment sa volonté de dépasser les limites de l’espace pictural et narratif. Sa série de toiles sans titre des années 1968-1969 témoigne d’un processus de déconstruction des supports artistiques traditionnels et du langage de la peinture.

A History of Misogyny, chapter one : On Abortion

Rencontres Arles, France

Laia Abril

Du 4 juillet au 25 septembre 2016

Sans système de contraception, une femme tomberait enceinte en moyenne quinze fois dans sa vie et donnerait dix fois naissance. Parmi ces bébés, sept survivraient à l’enfance.

Pendant des siècles, on a cherché des méthodes pour retarder ou interrompre les grossesses. Aujourd’hui, bien qu’il existe enfin des manières d’avorter sûres et efficaces, des femmes continuent de recourir à des méthodes anciennes, illégales et risquées : 47 000 femmes meurent ainsi chaque année des suites d’avortements clandestins. Pourquoi prendre ce risque ?

Par-delà les pays et les religions, les lois et la pression sociale interdisent à des millions de femmes l’accès à l’avortement et les forcent à mener à terme des grossesses non désirées. Certaines d’entre elles sont mineures et ont été victimes de viols. D’autres ont des grossesses problématiques ou mettent leur santé en danger. Toutes risquent d’être criminalisées pour avoir tenté d’avorter. Au Salvador, même les femmes ayant subi une fausse couche sont poursuivies pour homicide et risquent des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à quarante ans.

Cette année, pour la première fois dans l’histoire, le pape a autorisé les femmes catholiques ayant avorté à être absoutes par tout prêtre et dans tout pays. Mais s’il s’agit là à première vue d’un progrès, cette décision ne fait en réalité que perpétuer le stigmate de la culpabilité qui entache les choix des femmes. Au même moment, des politiciens exploitent l’avortement par calcul électoral et font des questions reproductives un sujet politique plutôt qu’une question de droits.

Pour son projet De l’avortement, Laia Abril documente et conceptualise les risques encourus par ces femmes qui se voient refuser un accès libre, légal et médicalisé à l’interruption de grossesse. Adoptant une méthodologie scientifique rigoureuse, Laia Abril s’appuie sur le passé pour éclairer la longue érosion qu’ont connue les droits reproductifs des femmes jusqu’à nos jours. En tissant sa toile autour d’enjeux éthiques et moraux, Abril crée une série consacrée aux manifestations visuelles et textuelles des mécanismes sociaux, aux stigmates et aux tabous entourant l’avortement et restés jusqu’à maintenant grandement ignorés.

HELENA ALMEIDA: A MINHA OBRA É O MEU CORPO, O MEU CORPO É A MINHA OBRA

Musée Serralves, Porto

Helena Almeida

Du 17 octobre 2015 au 10 janvier 2016

Cette exposition dédiée à Helena Almeida, examine son travail de peinture, photographie, vidéo et dessin, rassemblant les différentes phases du travail de l’artiste, depuis ses premières œuvres datant du milieu des années 1960 jusqu’à ses productions les plus récentes. Dès ses débuts, elle explore et remet en question les formes d’expression traditionnelles, la peinture en particulier, suivant un désir constant d’enfreindre l’espace délimité par le plan pictural.

Désordres

Festival Voies Off, Palais de Luppé, Arles

Antoine d’Agata

Du 6 au 31 juillet 2015

Pour sa première édition en 1996, le Festival Voies Off présente en Arles le travail d’Antoine d’Agata, photographe alors inconnu. Dès la première rencontre, nous découvrons le talent et l’acuité de l’artiste, qui semble entretenir une relation tendue avec le monde et la photographie. Cette série d’images, « Mala noche », sera très vite reconnue comme un travail majeur, récompensée par le premier Prix Voies Off et soutenue ensuite par Christian Caujolle.

Andachtsraum

La Maréchalerie, Versailles

Art orienté objet

Du 23 janvier au 15 mars 2015

En 1923, le célèbre historien d’art allemand Aby Warburg (1866-1929) ébranlé par la violence de son époque est interné en clinique psychiatrique. De cet épisode douloureux va naître un texte étonnant, « Le rituel du serpent », dans lequel il étudie les rituels des Hopis d’Arizona, pour les confronter avec l’histoire de l’art occidental et la modernité américaine.
Aujourd’hui il s’agit d’un des premiers textes de l’histoire de la pensée transculturelle, mais au-delà de l’étude mythologique qu’il y développe, il s’en dégage des dimensions thérapeutiques et visionnaires pour notre temps. En effet, Warburg compare la culture hopi à une expression encore possible d’un espace de contemplation (Andachtsraum) où le lien entre le mythe et la nature n’est pas rompu. Un espace indispensable à ses yeux pour construire l’espace de la pensée (Denksraum) et guérir son époque, et sa propre angoisse, face à un terrible pressentiment : celui que l’âge de l’électricité et des télécommunications peut modifier l’espace physique jusqu’à le détruire.

Le travail artistique de Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin (Art Orienté Objet) se construit sur l’observation du Vivant à travers l’écologie, la biologie, mais aussi l’ethnographie(1) et la psychologie. Le cas du « Rituel du serpent » ne pouvait que les intriguer tant Aby Warburg y dessine une vision globale où les processus naturels sont traités comme les générateurs d’une culture réparatrice.

Fragile

Chenaux Gallery

Zhuo Qi

Du 5 février au 8 mars 2015

L’artiste Qi Zhuo présente l’exposition Fragile à la Chenaux Gallery du 5 février au 8 mai.

Paulien Oltheten & Anouk Kruithof

Stedelijk Museum, Amsterdam

Paulien Oltheten

Du 14 mars 2014 au 8 juin 2014

In their work, young artists Paulien Oltheten and Anouk Kruithof present a fresh, unexpected interpretation of (street) photography. A fascination for people on the street can be seen in the work of Paulien Oltheten in a personal archive that comprises photos, videos and text. Traveling around the world with a camera she makes photographs of people in their daily activities. With distinct acuity, Oltheten uncovers meaning in even the most mundane human routines. On view are Oltheten’s installation Drawing Lines of Thought(2010) and video Man and Dog (2002), both part of the collection of the Stedelijk Museum, and a new work that emerged from her recent stay in New York.

Art Orienté Objet

Musée de la Chasse et de la Nature, Paris

Art orienté objet

Du 22 octobre 2013 au 2 mars 2014

Elle fait bramer les cerfs en marchant dessus après leur avoir collé le bourdon. Son compagnon, lui, les gonfle. Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin, qui ont formé le groupe Art orienté objet (AOo) en 1991, exposent au Musée de la chasse et de la nature à Paris. En l’espèce, il s’agit du Cornebrame ou Machine à faire chanter les cerfs dans la brume. Sur le territoire de chasse de la Fondation Sommer – 622 hectares dans les Ardennes –, à l’origine du musée, une bête a été abattue, puis dépiautée. Sa peau a été recousue. Un tuyau de bois saille de sa bouche : Benoît Mangin l’utilise pour insuffler de l’air dans le ventre désormais vide de l’animal. Les pattes ont été remplacées par des bourdons de cornemuse. Lorsque Marion se jette sur la fourrure emplie du souffle de Benoît et la pétrit des genoux et de ses mains, un geste à la fois dur et doux, violent et caressant, cela produit des sons à nuls autres pareils.

Odysseia

MuCEM, Marseille

Antoine d’Agata

Du 9 août au 23 septembre 2013

Depuis 2011, le photographe ANTOINE D’AGATA, membre de Magnum Photos, suit des migrants qui tentent de rentrer dans l’Union Européenne. Par le biais de textes, de photos et de vidéos, le projet d’Antoine d’Agata est de retranscrire le parcours de ces migrants pour rendre compte de leur destin inique, véritable massacre organisé depuis des décennies, et pour redonner à chacun de ces parcours la dimension d’une odyssée personnelle.

Unrooted Tree (Arbre sans racines) ou la Machine à faire parler les arbres

MUDAM, Luxembourg

Art orienté objet

Du 23 mars au 8 septembre 2013

Unrooted Tree (Arbre sans racines) ou la Machine à faire parler les arbres est créée en 2009 lors d’un séjour au Cameroun dans un massif forestier exploité par une société certifiée. À partir des restes d’un arbre tropical géant abattu, les artistes ont recomposé un nouvel arbre sur lequel ils ont gravé les différentes étapes de la phylogénèse, l’histoire évolutive de toutes les espèces. En effet, seuls les troncs des arbres sont généralement exploités tandis que les parties ramifiées sont abondonnées sur place. D’un diamètre parfois impressionnant, les branches s’élancent dans toutes les directions. À leur extrêmité, nombre d’entre elles sont sculptées en fourche de vélo à laquelle est fixée une roue dont les rayons portent des phrases énigmatiques : il s’agit des 360 degrés Sabians, de courtes formules symboliques astrologiques qui, segmentant les signes zodiacaux, servent à nuancer les prédictions.

L’œuvre d’Art Orienté Objet peut ainsi être interprétée comme une métaphore poético-mélancolique de la relation mystérieuse entre le microcosme et le macrocosme, entre la créature déracinée et l’univers.

TRANSUBSTANCIAÇÃO

Fundação Leal Rios, Lisbonne

Helena Almeida

Du 4 avril au 18 mai 2013

Helena Almeida is commonly understood from the critical relationship that her work establishes with painting or by enhancing the self-representational nature of her work or even from an emphasis on the performative character apparent in her images. The complexity of the absolutely personal formulation that the artist has been finding, from her earliest
works, for the relationship established with the image consistently raises the same bewilderment: what is the status of these photographic images in the relationship they depict with a performative practice, what is the relationship with the painting that endures, even physically, to appear in the photographic images, what is the nature of her dual practice of drawing (as a sketch and as a work) and, finally, what corporeality is manifested in this generic body that inhabits her work. From another point of view it can be argued that the work of Helena Almeida is about space, about the frontier that the image plane defines between the world and representation, and all these statements can be supported by what the artist has said and accurately encapsulated both in her journey and in her personal story, which also shines through in many of the articles written about her. All the works in this exhibition contain arguments for any of these interpretive possibilities.

Anticorps

Le Bal, Paris

Antoine d’Agata

Du 24 janvier au 14 avril 2013

Commissaires : Fannie Escoulen et Bernard Marcadé

Antoine D’Agata investit Le Bal en ce début 2013, dix ans après sa première exposition marquante à la galerie Vu.

Dix ans de plus pour une œuvre qui ne compte finalement que vingt années derrière elle.

Dix ans de confrontation, d’immersion toujours plus radicale dans l’épaisseur du monde, ses plaies béantes et ses marges incandescentes.

Dix ans d’une lente mutation de son langage vers plus d’abstraction, plus de noirceur, plus d’épure, sans inflexion dans l’exigence qu’il adresse à son œuvre, qu’il s’adresse à lui-même.

Ice, photographies et documents

Musée Nicéphore Niépce, Chalon-sur-Saône

Antoine d’Agata

Du 12 février au 15 mai 2011

La photographie d’Antoine d’Agata est plus suggestion qu’identification, plus évocation que représentation. Fruits d’errances nocturnes associées à une part d’inconscience, conséquence de psychotropes, ces images versent dans le flou, la fuite jusqu’à un lyrisme noir, profond et rarement atteint.
Depuis dix ans, Antoine d’Agata, de nuit de préférence, parcourt le monde profitant de ses déambulations pour nous dépeindre un univers sombre et torturé très loin du reportage. Dorénavant il nous fait pénétrer dans l’univers décalé de son propre vécu, faisant de nous des spectateurs mal à l’aise.
Depuis quatre ans, le musée soutient la production d’Antoine d’Agata et conserve ainsi un ensemble complet de ses prises de vues les plus récentes. L’exposition est l’aboutissement de cette collaboration.

La part animale

Centre d’art contemporain Rurart, Venours

Art orienté objet

Du 10 mars au 6 mai 2011

Que ce soit dans le domaine de l’immunologie, de l’éthologie, ou de l’écologie, la notion de terrain d’expérimentation est un enjeu essentiel pour Art Orienté objet. L’exposition «La part animale» retrace ces tentatives scientifiques et existentielles de Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin d’entrer en communication avec l’étrangeté animale, au-delà d’une vision anthropocentrique du monde.

Tela rosa para vestir

Fundación Telefónica, Madrid

Helena Almeida

Du 20 novembre 2008 au 18 janvier 2009

Comissariat: Isabel de Carlos

L’exposition s’interroge sur l’investigation formel et conceptuel que a orienté la carrière de Helena Almeida depuis 40 ans. Le titre fait allusion à sa première oeuvre photographique en 1969.