Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

Lise
Sarfati

Plus d'infos
Lise Sarfati, IB phg04_2019, Paris

Lise Sarfati, IB phg04_2019, Paris

Lise Sarfati, IB phg04_2019, ParisLise Sarfati, oh man, phg7_07, 2013Lise Sarfati, oh man, phg9_08, 2013Lise Sarfati, oh man, phg20_06, 2012Lise Sarfati, oh man, phg19_07, 2013Lise Sarfati, oh man, phg16_12, 2012Lise Sarfati, oh man, phg14_08, 2013Lise Sarfati, oh man, phg1_07, 2012 Lise Sarfati, Kelly, 4306 Beverly Blvd, 2010, from the series On HollywoodLise Sarfati, Kelly, West Sunset Blvd, 2010, from the series On Hollywood Lise Sarfati, Kelly, South Alvarado Street, 2010, from the series On HollywoodLise Sarfati, Heather #03, Lemon Grove Ave, 2009, from the series On HollywoodLise Sarfati, Elisabeth, Sunset Blvd & North Poinsettia, 2010, from the series On HollywoodLise Sarfati, Danna, 6323 Hollywood Blvd, 2010, from the series On Hollywood

    Il n'y a aucune exposition liée à cet artiste

Lise Sarfati

Vit et travaille à Paris

Fusionnant le portrait, l’instantané et le tableau arrangé, le travail de Lise Sarfati se situe à la limite de la réalité et de la fiction. S’inspirant du cinéma et de la littérature, ses images évoquent des mondes riches en couches, souvent centrés sur des « personnages » spécifiques, qui évitent toute narration fixe et permettent aux spectateurs d’habiter un espace d’interprétations multiples.
Française, née à Oran (Algérie), Sarfati a obtenu une maîtrise en études russes à la Sorbonne en 1979. De 1989 à 1998, elle a vécu en Russie, captant l’atmosphère d’un pays en transition. Ses images de ruines urbaines et de personnages dans leurs espaces intérieurs ont donné lieu à son premier grand ensemble d’œuvres, Acta Est (2000), publié par Phaidon. L’approche poétique de la série se démarque des catégories du carnet de voyage et de l’essai photo-journalistique et jette les bases de l’intérêt ultérieur de Sarfati pour la vie des jeunes.

En 2003, elle a voyagé à travers les États-Unis, guidée par les riches capacités émotionnelles des jeunes personnages et des paysages qu’elle a rencontrés. La série The New Life (2005) qui en résulte, publiée par Twin Palms, affirme son approche des récits ouverts, en proposant des suggestions plutôt que des propositions dans ses images. Ses projets américains suivants Austin, Texas (2008), On Hollywood (2010) et She (2012) ont approfondi ses intérêts pour la psychogéographie, l’identité féminine et le quotidien.
Avec Oh Man (2017), une série de tableaux richement détaillés représentant des hommes solitaires marchant dans le centre-ville de Los Angeles, Sarfati s’écarte de son format 35 mm habituel, optant pour une chambre photographique 4×5. Ce processus de création d’images plus lent élargit l’espace de contemplation, invitant le spectateur à explorer ce qui se cache dans ces images d’une simplicité trompeuse. La série offre également une méditation sur l’acte photographique comme une tentative de combler le fossé entre le « soi » et « l’autre » et de créer un espace d’empathie.

L’œuvre de Sarfati a été saluée par la critique internationale et fait partie de grandes collections publiques et privées, dont le Centre Pompidou, Paris, LACMA, Los Angeles, SF MoMA, CA, Brooklyn Museum, New York, Philadelphia Museum of Art, PA, De Young Museum, San Francisco, Pier 24, San Francisco, Santa Barbara Museum of Art, CA ; Harry Ramson Center, University Austin, TX,  Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas, Maison Européenne de la Photographie, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Paris, Fonds National d’Art Contemporain, Paris, Domus Artium, Salamanca, Fundación Enrique Ordonez Folcon, et le Wilson Center of Photography, Londres. Parmi ses expositions personnelles, citons Paris Photo (2017), Centro Italiano per la Fotografia, Turin (2016), LACMA, (2014), Brancolini Grimaldi, Londres (2012) Rome (2009), FOAM, Amsterdam (2007), UC Riverside California Museum of Photography (2006), Yossi Milo Gallery, New York (2012, 2008, 2005), Rose Gallery, Santa Monica (2012, 2011, 2006), MEP, Paris (2002), Fotografins hus, Stockholm (2009), Nicolaj Center of Contemporary Art, Copenhague (2006), The Photographer’s Gallery (2005). Elle a participé à des expositions collectives internationales, notamment au Crocker Art Museum (2019), au Centre Pompidou (2018), Galleria dell’Accademia, Firenze (2014), Triennale de Milan (2010), SF MoMA (2009), l’ICP, New York (2009), Huis Marseille, Amsterdam (2001),  Ullens Center for Contemporary Art UCCA, Pékin (2009) MoMA PS1 (2006).

Parmi ses principales récompenses, citons le Prix Niepce (1996), l’ICP Infinity Award (1996). Entre 1997 et 2011, Sarfati a été membre de Magnum Photos.

 

Oh Man

Oh Man

Lise Sarfati

Steidl

2018

ISBN 978-3-95829-112-6

Lise Sarfati takes us back to the oddly deserted heart of the city of Los Angeles. Almost deserted… as lonesome men walk dispassionately through the streets, as if on a mission but without any obvious destination. The sun in Oh Man is high, the unifying emptiness of the street basked in the Californian light. The nameless men’s random silhouettes stand out distinctively in front of the city’s characteristic urban backdrop, their central positioning lending them an extraordinary prominence in Sarfati’s photographs. These images add up to a long, aloof traveling, devoid of any narrative and anecdotes, drifting by the evocative sharp lines and angles of the warehouses, the lettering and colors of a Hopperian puritanism opening up the roads to the protagonists.

These photographs were taken in 2012 and 2013. After carefully choosing her locations of interest, Sarfati spent days waiting in full panoply for the right moment to manifest itself.

Steidl books

She

She

Lise Sarfati

Twin Palms publishers

2012

ISBN : 978-1-936611-00-3

« Un album de famille ne conserve que des photographies soigneusement choisies, il ne conserve que des moments triés sur le volet, privilégiant les occasions spéciales, les plus heureuses, oubliant le reste : des visages heureux, des moments détendus, des lieux de loisirs plutôt que de travail. Il tend à souligner les liens sociaux et affectifs d’un groupe, à mettre en évidence une identité, un esprit communautaire, une vie et un destin partagés.

Le portrait du couple ou du groupe, avec toutes ses conventions, en est l’une des figures incontournables. L’album de famille tente d’enregistrer l’évolution d’une communauté humaine particulière, d’écrire son histoire et de scruter le passage du temps à chaque page suivante. Rien de tout cela dans She : au lieu d’une chronologie, le temps s’arrête, il semble bégayer et mordre sa propre queue. Il n’y a pas de photo de groupe ou de volonté de mettre en scène un destin collectif, mais seulement des modèles isolés et des individus qui ne semblent pas communiquer entre eux, ou à peine ; pas de moments heureux ou de lieux pittoresques, seulement des moments indifférents dans les lieux ordinaires ; pas de geste fort, pas de pose conventionnelle, pas de complicité avec le photographe. Les modèles posent, mais avec réserve, le plus souvent sans regarder dans la caméra. Et même quand nous voyons leurs visages, nous ne semblons pas vraiment les voir. Ils sont là, mais ils sont aussi toujours là-bas, ailleurs. Quand on referme le livre et qu’on y réfléchit un peu, on ne peut que voir She comme l’album anti-famille par excellence. » – Quentin Bajac

Twin palms publishers

Fashion Magazine - Austin, Texas

Fashion Magazine - Austin, Texas

Lise Sarfati

Magnum Photos

2008

ISBN : 2-9524102-2-4

Calqué sur un magazine de style, Fashion Magazine alterne des séries de mode et des publicités détournées, le tout orchestré par la photographe, tandis que sont retranscrits au fil des pages les rencontres entre Lise Sarfati et Quentin Bajac, ou Rick Owens et Azzedine Alaïa, créateurs de mode… Chacun exprimant son point de vue sur le travail de la photographe. Après le succès des trois premiers Fashion Magazine, réalisés successivement par Martin Parr, Bruce Gilden et Alec Soth, Magnum Photos offre ici une nouvelle confrontation entre mode et photo.

The New Life

The New Life

Lise Sarfati

Twin Palms publishers

2005

ISBN‏ : ‎ 978-1931885454

Text by Olga Medvedkova

« Sarfati’s work is defined through an opposition to the editorial urge to fix narratives to her subjects. Her images create a loose, layered and intensely rich visual project triggering emotions and thoughts that move well beyond her ostensible subjects. Sarfati’s importance in today’s debates about the role and visual languages of socially engaged photography also rests in her resistance to fully objectify the subjects that compel her to make imagery. The American Series represents one of those rare experiences for photographers where the photographs almost—just—happened. Sarfati did not overly choreograph her subjects; she also created the psychological space for them, in turn, to act upon her and to act up—or down—for the camera. This perhaps accounts for Sarfati’s success in re-presenting American young people as, simply, individually and universally the carriers of states of minds. » — Clare Grafik, Photographers Gallery, London

Twin palms publishers