Newsletter S'inscrire

Galerie Les filles du Calvaire

Kate
MccGwire

Plus d'infos
VISCERA, 2018, Médias mixtes avec plumes de faisan dans un cabinet antique, 122 x 180 x 70 cm

VISCERA, 2018, Médias mixtes avec plumes de faisan dans un cabinet antique, 122 x 180 x 70 cm

VISCERA, 2018, Médias mixtes avec plumes de faisan dans un cabinet antique, 122 x 180 x 70 cmVISCERA, 2018, Médias mixtes avec plumes de faisan dans un cabinet antique, 122 x 180 x 70 cmDRIFT, 2018, Médias mixtes avec plumes de pigeon  300 x 100 x 20 cmSASSE/SLUICE, 2018 Médias mixtes avec plumes de pigeon 393 x 215 x 60cm SASSE/SLUICE, 2018 Médias mixtes avec plumes de pigeon 393 x 215 x 60cm GYRUS, 2019 Plumes de faisan de coq dans un meuble en chêne avec pied de table 160 x 100 x 60cmCACHE, 2011 Médias mixtes avec plumes de queue de pigeon dans un coffre métallique antique 21 x 48 x 28cm (44cm ouvert))

Kate MccGwire

Née en 1964

Vit et travaille à Londres

Kate MccGwire est une artiste basée à Londres qui a passé son enfance dans les Norfolk Broads. Les premiers souvenirs de Kate MccGwire de ce paysage distinct, dominé par ses zones humides, ses voies d’eau serpentines et la faune qui vit le long des eaux de la région, constituent les fondements de sa pratique, qui s’inspire des cycles, des motifs et des dualités de la nature.

Prenant des plumes comme principal médium, Kate MccGwire passe par des processus intensifs de collecte, de tri et de nettoyage de ses matériaux pour créer des formes musclées et tordues qui rappellent la sculpture classique et les créatures de la mythologie. Ces structures abjectes explorent les dualités de l’esthétique, en étant simultanément séduisantes et repoussantes ; de la forme, en étant simultanément organique et abstraite ; et du mouvement, en paraissant fluide tout en étant statique. Dans sa pratique, MccGwire célèbre les plumes, qui sont généralement perdues ou jetées, comme le moyen par lequel elle articule des anatomies énigmatiques qui explorent l’espace physique et introspectif.

Les  » créatures limites  » hybrides de l’artiste (comme les appelle le Dr Catriona McAra) remplissent souvent leurs cadres et semblent s’y tordre. À ce sujet, MccGwire a déclaré :  » Je suis intéressée par le jeu des opposés qui traverse comme un leitmotiv tout ce que je fais. C’est comme si l’œuvre avait besoin de cette tension pour créer son propre équilibre interne ; c’est pour moi l’expression de la dualité que je vois tout autour de moi et les matériaux que je choisis doivent être capables de l’incarner physiquement.

Intitulées « Retch », « Gag », « Heave », « Smother » et « Fuse », les installations sculpturales de Kate MccGwire font souvent référence au grotesque féminin. Ressemblant à des fonctions corporelles, les œuvres jaillissent souvent de l’architecture domestique : poêles, cheminées et foyers, comme envoûtés.

En ce qui concerne le processus de création, Kate MccGwire a décrit son processus distinct de mise en plumes comme fascinant et hypnotique : « Je m’y perds pendant des heures, travaillant instinctivement – vous ne pouvez pas prévoir comment disposer les plumes, et vous ne pouvez pas vraiment l’enseigner à quelqu’un. Chaque plume contribue au motif général d’une pièce, et c’est ce sens implicite du mouvement dans les couleurs changeantes et la courbe douce de chaque filament qui donne vie à l’œuvre. Cette étape finale s’appuie sur les rituels de l’artisanat, sur le lien entre la main et l’œil et sur la sérendipité naturelle qui se produit lorsque l’on s’immerge totalement dans la réalisation d’une idée ».

Lure

Lure

Kate MccGwire

2013

Foreword by Judith Collins

‘In contrast to her site-specific sculptures, which respond to the display conditions they are given, MccGwire in 2008 began a series of smaller feather sculptures encased in antique vitrines. This allows her to interrogate museum and gallery display methods, since vitrines are the normal mode of presentation for scientific and natural history museum collections. Vex (2008) was the first of these, made with pigeon feathers. A contorted, feathered form is set in a museum-like glass and wood cabinet that seems slightly too small for it. The viewer approaches with a sense of anxiety, as though stepping too close will cause the apparently headless creature to rear up and break free of its bondage. Something ancient and extinct seems to have the power to come alive.’

All Visual Arts

  • Undertow, les créations fantasmagoriques de Kate MccGwire exposées à la Galerie des Filles du Calvaire

    Arts in the City | Février 2022

    Télécharger
  • Poids plume Kate MccGwire

    Le Figaro | Mars 2021

    Télécharger
  • Kate MccGwire oiseau de bon augure

    Artension | Janvier 2021

    Télécharger
  • In Kate MccGwire’s latest work, a swell of bird feathers floods a Victorian dovecote

    by Nurit Chinn Wallpaper* | 28 June 2018

    Télécharger
  • Cultural pursuits at the crillon

    The Telegraph, 2017

    Télécharger
  • Kate MccGwire's Scissure to open in Paris

    ArtOnly | Septembre 2016

    Télécharger
  • Sculpting Nature

    by Jonathan Openshaw | 25 Février 2014

    Télécharger
  • Kate MccGwire, Let's get feathering!

    ArtNews | 19 Août 2013

    Télécharger
  • Sculptor Kate MccGwire's feathered artworks arrive at Le Royal Monceau in Paris

    by Jessica Klingelfuss Wallpaper* | Octobre 2013

    Télécharger
  • A bird in the hand

    CRAFT magazine | Janvier-Février 2013

    Télécharger
  • Flight of Fancy

    Cercle | 2012

    Télécharger
  • Echoes Sensation of Nature in her Work

    by Laura Havlin Flaunt magazine

    Télécharger
  • Les fascinantes sculptures à plumes de Kate MccGwire

    Télérama

    Télécharger